Régions

SEINE-MARITIME Trois projets de parcs éoliens offshore

Mots clés : Energie renouvelable

Dans un contexte réglementaire et juridique imprécis et polémique, la Seine-Maritime compte trois projets de parcs éoliens offshore. Le plus abouti a obtenu la bénédiction des pouvoirs publics en septembre 2005 après appel d’offres européen. Il sera projet pilote en France et se situe à Veulettes-sur-Mer.

« Nous essuyons les plâtres mais entrons dans la dernière ligne droite », commente-t-on prudemment chez Enertrag, le groupe allemand porteur de ce projet qui annonce vingt et une machines pour une capacité installée de 105 mégawatts et un investissement de l’ordre de 260 millions d’euros.

Le permis de construire pour la partie mer vient d’être signé par le préfet de région, Michel Thénaut. Reste à obtenir celui pour la partie terrestre, soit 10 millions d’euros de travaux sous maîtrise d’ouvrage RTE qui affirme être « dans les starting-blocks ». Les différents chantiers pourraient démarrer en 2009. Enertrag maintient l’objectif d’une mise en service globale… courant 2010.

Une vive opposition « de terrain »

Mené par la Compagnie du Vent, passée dans le giron du groupe Suez, le projet dit « des Deux Côtes »,au large du Tréport, avait rencontré une vive opposition « de terrain ». Et un avis défavorable de la préfecture maritime en raison de l’abondance d’engins explosifs, datant de la dernière guerre, sur la zone. Depuis, le dossier a été légèrement revu à la baisse (141 mâts). Et surtout, il bénéficie d’un atout de poids. Le constructeur allemand Multibrid, également concerné par le projet de Veulettes-sur-Mer, a été récemment racheté par le groupe Areva. Celui-ci met, entre autres, dans la balance la possibilité de création d’une usine dédiée à la maintenance. Le dossier est de nouveau soumis au crible administratif « sous conditions ».

Enfin, un autre groupe allemand, WPD, mise aussi sur l’offshore en Normandie avec deux projets, l’un dans le Calvados, l’autre au large de Fécamp (50 à 60 mâts). Les négociations et rencontres avec les élus ou instances concernés se poursuivent.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X