[TO] Social

Sécurité Amiante et travail du bois : deux priorités pour la prévention

Mots clés : Bâtiment et santé - Bois - Entreprise du BTP - Hygiène et sécurité du travail - Monde du Travail - Retraite

Après une baisse quasi continue du nombre des accidents du travail dans le BTP entre 1992 et 1997, le ministère de l’Emploi craint une reprise en 1998. L’amiante et le travail mécanique du bois sont deux cibles prioritaires pour les inspecteurs du travail en 1999.

Dans son bilan pour 1998 des conditions de travail, le ministère de l’Emploi est à la fois satisfait et inquiet. Satisfait, car le nombre d’accidents du travail a diminué durant les cinq dernières années, mais inquiet pour l’avenir. Avec la reprise économique, le ministère craint une reprise du nombre des accidents, particulièrement dans les secteurs à risques, comme le BTP. « 1998 a été marquée par une reprise de l’activité sur les chantiers, observe le rapport, qui s’est traduite par un recours massif à des formes d’emploi précaires. Ceci implique une présence et un contrôle plus vigilant encore des services de l’inspection du travail. »

Pour 1999, Martine Aubry assigne à ces derniers deux cibles à contrôler en priorité.

Tout d’abord, les chantiers de retrait d’amiante. En 1998, 1 800 chantiers ont été contrôlés, et 108 ont été arrêtés pour non-conformité. Les contrôles vont se poursuivre en 1999. Dans une circulaire du 10 février (*), Martine Aubry se montre même très directive. Ils se dérouleront « à compter du 1er avril 1999 et jusqu’au 31 août 1999. Ils devront veiller notamment à la conformité des équipements utilisés» et à l’organisation de la coordination santé/sécurité sur ce type de chantier. Les inspecteurs du travail devront par ailleurs être vigilants sur les risques liés à l’amiante en secteur diffus, c’est-à-dire le secteur III qui vise les travaux d’entretien et de maintenance. Les inspecteurs doivent sensibiliser les industriels, le BTP et les donneurs d’ordres sur les risques qui pèsent sur les salariés. Parmi les cibles prioritaires figurent « les garages, la plomberie – chauffagerie, le second oeuvre du BTP, la maintenance d’installation ou de locaux ».

Le second axe de contrôle vise le travail mécanique du bois, « dans les entreprises et sur les chantiers », précise la circulaire. Le contrôle doit porter sur la vérification de la conformité des machines, sur l’effectivité des mesures de protection collectives et individuelles et sur la mise en oeuvre des procédés captant les poussières de bois, fortement cancérigènes. « Cette campagne sera réalisée du 1er septembre au 30 novembre 1999 »ajoute la circulaire.

(*) Publiée dans le cahier « Textes officiels » de ce numéro.

TABLEAU : Nombre d’accidents du travail (1993-1997) – LE BTP SUR LA BONNE PENTE… AVANT LA REPRISE !

Entre 1992 et 1996, le nombre d’accidents avec arrêt a chuté de 23 % dans le BTP. La baisse se confirme en 1997, mais les premières données pour 1998 font état d’un reversement de tendance (+ 8,6 % au premier trimestre).

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X