Edito

Ruptures

Mots clés : Réglementation des marchés

«C’est toujours une erreur de faire petit bras ». Notre Président de la République l’a rappelé lors de sa copieuse conférence de presse du 8 janvier. Mais tout joueur de tennis sait aussi que l’on ne choisit pas de « jouer petit bras ». Cette perte d’efficacité soudaine est l’effet de facteurs extérieurs difficiles à dominer : la conscience du désastre que serait un échec, et celle du caractère crucial du moment précis de la partie.

Il ne faudra donc pas que le bras du chef de l’Etat tremble pour cette « véritable rupture » qu’il veut accomplir au travers d’une série de réformes radicales.

La fin des 35 heures ? Oui, il déclare sans ambages la souhaiter. On est loin de ses propos, pourtant récents, sur les 35 heures considérées comme un acquis social qu’on pouvait seulement envisager d’aménager au travers d’une monétisation des RTT.

La participation et l’intéressement des salariés aux résultats de l’entreprise ? Il faut que leur niveau soit, non pas relevé, mais « fortement relevé ». Tout est dans l’adverbe. « Un triplement de la réserve de participation n’est pas quelque chose qui me choquerait. » Et les conditions réglementaires et fiscales seront aménagées pour que la participation et l’intéressement soient étendus même aux entreprises de moins de cinquante salariés.

Le rôle de l’Etat dans l’appropriation des entreprises ? La France doit « protéger ses entreprises » face à des interventions extérieures qui ne correspondraient à aucune logique économique. Sans s’arrêter à cette remarque absurde selon laquelle cette volonté industrielle serait contraire au libéralisme.

L’instrument de cette « politique de défense des intérêts économiques primordiaux de la nation » ? Ce sera la Caisse des dépôts, a décidé le Président.

Avec laquelle cependant, comme l’a rappelé un fin connaisseur du sujet, « on doit prendre ses gants beurre frais, son chapeau melon, sa canne et procéder aux génuflexions qui conviennent ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X