Architecture et urbanisme

« Rénover d’abord le patrimoine pour doper l’économie »

Comment utilisez-vous l’étude d’Arc. Ame depuis un an ?

C’est un outil de travail quotidien que j’utilise dès qu’une question urbaine m’est présentée. Nous avons lancé cette étude il y a deux ans parce que nous ne comprenions pas l’organisation de la ville, qui offre à la fois des vides gigantesques et des zones très denses, le tout dans un contexte contraint par l’eau et les voies ferrées. Il y a tant à faire que je voulais m’appuyer sur des professionnels pour imaginer un développement à 20/30 ans et surtout hiérarchiser nos actions.

Par où commencer ?

Nous avons engagé la rénovation de Calais Nord, le centre historique. C’était la priorité, car nous ne pouvions dynamiser l’économie et le tourisme sans avoir du patrimoine à proposer. Il s’agit de restructurer la Place d’Armes et, ce qui était le plus délicat pour les habitants, revoir le plan de circulation en mettant en sens unique la rue Royale, l’artère la plus animée de la ville. Cela nous permet de partager la chaussée avec les vélos et transports collectifs. Pour le patrimoine, nous allons engager la rénovation de Notre-Dame, seule église Tudor du continent, et nous achevons la rénovation du Beffroy.

Vous engagez la rénovation du quartier des Fontinettes ?

C’est l’exemple même de l’utilité de l’étude. Quand le programme national de requalification des quartiers anciens dégradés a été lancé, nous avons pu nous appuyer sur ce travail et proposer le quartier des Fontinettes au concours du ministère. Nous sommes maintenant éligibles et les travaux vont pouvoir rapidement être engagés.

L’aménagement du front de mer est-il à l’étude ?

Il y a un consensus avec l’agglomération pour suivre les propositions du schéma de développement et implanter le palais des congrès en front de mer sur l’emprise de l’ancien camping. Je souhaite un concours international d’architectes pour cet équipement majeur, identitaire. Pour la procédure, je suis favorable au marché classique plutôt qu’au PPP. Cela nous offre une plus grande liberté dans le choix des architectes.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X