Régions Paris

Rénovation thermique pour une HBM centenaire

Mots clés : Politique énergétique

Les 469 logements sociaux des « habitations à bon marché » (HBM) de la rue Marcadet (XVIIIe arrondissement), construits entre 1917 et 1922, vont faire l’objet d’une réhabilitation d’un montant de 30 M€. Réfection thermique des appartements et mise en place d’une ventilation mécanique, isolation des combles, requalification des réseaux, des blocs sanitaires et des cuisines, remplacement des menuiseries extérieures, amélioration des espaces extérieurs et reprofilage des cours. « C’est une réhabilitation lourde », résume Hélène Schwoerer, directrice générale chargée de la maîtrise d’ouvrage du bailleur Paris Habitat.

De bonne qualité constructive, le bâti est fait d’un double mur extérieur en briques – 35 cm avec les plâtres – offrant une forte inertie thermique. « Nous allons procéder par correction thermique afin de préserver le côté respirant de la façade. Sur les parois intérieures sera disposé un isolant : liège collé de 2 cm ou enduit chaux-chanvre », explique l’architecte Frédéric Bernard. Avec une méthode dite du « bouquet de points » (3 points pour l’isolation des combles, 2 points pour l’isolation du sous-sol, etc.), le but est d’atteindre les objectifs du plan climat énergie de Paris.

Opérations tiroirs. Cette réhabilitation lourde suppose des opérations tiroirs afin de libérer les logements (la moitié du parc) et procéder aux travaux. Par ailleurs, des logements seront mis à disposition des locataires qui ont fait le choix de rester et de libérer leur appartement la journée pour l’exécution des travaux. « Le projet concerté a été adopté en décembre par les locataires qui ont pu visiter deux appartements témoins », souligne Hélène Schwoerer. Portant le projet social et hygiéniste de l’époque, ces HBM ont constitué un réel progrès dans la typologie du logement populaire. « Pour lutter contre la tuberculose et le choléra, le bâtiment, à l’architecture fragmentée, fait entrer massivement l’air et la lumière et propose eau courante et toilettes », précise Frédéric Bernard.

Le projet en est au stade de l’avant-projet définitif. Après la sélection des entreprises en juin, le chantier, phasé, doit démarrer fin 2018-début 2019 pour une durée de trente-six à quarante-huit mois.

Maîtrise d’ouvrage : Paris Habitat. Maîtrise d’œuvre : Frédéric Bernard Architectures. BET thermique, isolation, fluides, électricité : ETB Antonelli. Paysagiste : PoOla. Economiste : BCA Eco.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X