Régions

Rénovation du bâti existant Des difficultés techniques et financières à surmonter

Mots clés : Collectivités locales - Efficacité énergétique - Rénovation d'ouvrage

Sur les 235 000 logements gérés par des bailleurs sociaux dans la capitale (dont un peu plus de 50 000 non conventionnés), 55 000 – les plus énergivores – doivent être réhabilités d’ici à 2020. Leur mise aux normes pose deux types de problèmes. Le premier, technique, ne concerne que les immeublesHBM des années 30, reconnaissables à leurs façades en brique. « Une isolation par l’extérieur n’est pas vraiment envisageable. Quant à l’isolation par l’intérieur, elle se heurte à la petite taille des pièces », explique Jean-Yves Mano.

Mais l’adjoint au logement de Bertrand Delanoë, également président de Paris Habitat, se montre surtout préoccupé par le financement des travaux. Selon lui, il faut compter entre 18 000 et 25 000 euros par logement (immeubles des années 70/80) pour atteindre la norme des 80 kWh/m2.an alors que les aides apportées par la Ville et l’Etat s’élèvent à 7 000 euros, à 10 000 euros en prenant en compte les financements Palulos. Reste 12 000 à 15 000 euros à financer, qu’il n’est pas question de faire intégralement supporter par le locataire même s’il y a des baisses de charges à la clé.

Diagnostic thermique gratuit

D’où la réflexion engagée avec Denis Baupin, adjoint au développement durable, sur des montages financiers innovants. L’une des pistes à creuser pourrait consister à faire prendre en charge les travaux par les fournisseurs d’énergie en contrepartie d’un contrat à long terme.

Le plan climat prévoit aussi la rénovation du parc privé (100 000 immeubles). Pour encourager les propriétaires à réaliser des travaux, la municipalité a proposé, en octobre 2007, de financer à 70 % (avec l’Ademe et la région) les diagnostics thermiques dans les copropriétés. En un an, seize seulement y ont eu recours. En 2009, la Ville rendra ces diagnostics gratuits pour les copropriétaires. Elle prévoit aussi de lancer des Opah (Opérations programmées d’amélioration de l’habitat) « Développement durable ». Selon Denis Baupin, les deux premiers arrondissements concernés pourraient être le XIIIe et le Xe.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X