Régions

Rennes Mise en chantier en 2013 pour la 2e ligne de métro

Mots clés : Politique des transports - Services urbains - Transport collectif urbain

Les débats ont été sereins et le vote limpide : le 20 décembre, les conseillers communautaires de Rennes Métropole se sont prononcés en faveur de la réalisation d’une seconde ligne de métro par 85 bulletins favorables et 11 abstentions. Ils ont retenu le tracé de 12,7 km d’orientation nord-est/sud-ouest et qui viendra croiser l’actuelle ligne dans le centre-ville en deux stations de correspondance, celles de la gare et de la place Sainte-Anne. A priori, une très grande partie du cheminement (8,5 km) devrait emprunter un tunnel profond, le reste (4,2 km) est prévu en aérien. Mais les riverains du quartier concerné ont immédiatement réagi et demandé à ce que des solutions en tranchée couverte et en tunnel soient également étudiées. Un amendement concernant cette portion a d’ailleurs été rédigé.

Valeur janvier 2005, le coût de cette nouvelle structure est estimé à 1,029 milliard d’euros, dont la moitié en coûts travaux et le quart pour l’acquisition des matériels. « Cette somme comprend également les trois parcs relais aux extrémités de ligne et dans le quartier du Gast. Nous disposerions alors d’environ 2 000 places », précise Daniel Delaveau, vice-président de Rennes Métropole en charge des transports. Et de préciser : « Nous devrions disposer d’une marge de manœuvre : lorsque nous avons décidé de construire la première ligne, il n’y avait qu’un seul fabricant de rames. Aujourd’hui, ils sont cinq ; la concurrence devrait donc fonctionner. Sur le projet de 1989, ni le conseil régional ni le département n’avaient apporté de subvention. L’esprit est aujourd’hui différent. Enfin, au dernier congrès du Gart, Dominique Bussereau, fort des engagements pris à l’occasion du Grenelle de l’Environnement, a assuré que la participation de l’Etat s’élèverait à 25 % sur tous les projets de TCSP. »

La première ligne prolongée. Les élus se sont aussi prononcés en faveur du prolongement de la première ligne mise en service en 2002. Cette fois, il s’agit d’une extension de 3,2 km pour un montant de 206 millions. Elle desservirait vers le sud la commune de Chantepie. Dans ce projet, trois stations sont prévues ainsi que deux parcs relais de 800 places de stationnement.

La mise en concurrence des industriels va être organisée avec la désignation du fabricant de matériels en 2010. « L’objectif est de finaliser l’avant-projet sommaire global en 2011 pour que les travaux démarrent en 2013 », espère Daniel Delaveau. La mise en service est prévue en 2018.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X