Régions

Rennes Avant-projet définitif pour le NEC

Mots clés : Architecte - Architecture - Manifestations culturelles

– Les travaux du Nouvel Equipement culturel rennais ne démarreront pas avant l’an 2000.

Réunir, dans le même ensemble, le musée de la Bretagne, le centre de culture scientifique, technique et industrielle (CCSTI) et la bibliothèque municipale, telle est la volonté de la ville de Rennes. Il y a cinq ans, elle lançait l’idée d’un Nouvel Equipement culturel à l’issue d’un concours d’architecture. Christian de Portzamparc, architecte d’origine rennaise, a affiné la répartition des équipements sur plus de 20 000 m2. Ils abriteront 1 million de livres et 10 000 images accessibles au public.

« Le projet retenu, de part la structure du bâtiment, présente l’avantage d’offrir une visualisation très claire », se félicite Edmond Hervé, maire de Rennes. On compte en effet un parallélépipède abritant le musée, au-dessus duquel se déploient, d’une part, une forme conique surmontée d’une sphère pour le CCSTI et le planétarium et, d’autre part, un volume apparenté à une pyramide inversée où sera logée la bibliothèque.

Accueil de colloques scientifiques

Une salle de conférences a également été prévue, et ce avec un accès séparé de l’entrée du NEC. « Il n’est pas question, pour nous, à Rennes, de faire un palais des congrès, car le créneau est déjà pris. En revanche, nous nous situons dans celui du colloque scientifique de haut niveau, réunissant, en moyenne, entre 100 et 500 chercheurs. Cette nouvelle salle sera un plus dans le potentiel d’accueil rennais », estime le maire.

« Parce qu’il est solide et résistant et, en même temps, d’un grain agréable », selon l’architecte, le granit sera beaucoup utilisé dans les façades du NEC.

Les deux prochaines années seront consécutivement consacrées aux études et au lancement des appels d’offres pour un démarrage des travaux à l’an 2000, l’objectif étant de réceptionner le NEC en 2002, et de disposer d’une année pour y installer les équipements nécessaires à son fonctionnement. Résultat : le NEC n’ouvrira pas ses portes au public avant 2003.

Pas de parkings supplémentaires

Pour Edmond Hervé, il n’est pas utile de prévoir la création de parkings supplémentaires puisque « ceux existants, rappelle-t-il, ne sont pas complets ». Et d’ajouter : « La construction anarchique de parkings en centres-villes risque de mettre ces derniers en échec. Par ailleurs, le NEC est situé entre deux stations du métro très proches, et notre objectif est aussi que des gens extérieurs à Rennes utilisent le NEC. »

Au total, l’addition se monte à 439 millions de francs TTC (valeur août 1997).

MAQUETTE : Un investissement de 439 millions de francs pour cet équipement culturel. Architecte : Christian de Portzamparc.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X