Régions

Reims Trois tests pour les halles du Boulingrin

Mots clés : Conservation du patrimoine

On devrait connaître avant la fin de l’année le nom de l’entreprise qui aura le privilège de restaurer les halles du Boulingrin à Reims. A l’issue d’un appel d’offres restreint lancé par la Ville de Reims, trois candidats ont été retenus pour tester chacun pendant un mois leur technique sur un secteur de cet édifice inauguré en 1929 et classé monument historique en 1990. Il s’agit du groupement Lefevre-Renofors, de Demathieu & Bard et de Freyssinet.

Pérennité de trente ans

Cette procédure a été employée à la demande de l’architecte en chef des monuments historiques, François Chatillon, au regard de la complexité de l’intervention sur des voûtes de béton épaisses de quelques centimètres seulement. Une zone de travail identique a été attribuée à chaque entreprise pour exprimer en toute équité son savoir-faire sur différents supports intérieurs et extérieurs : poteau, poutre, mur, façade, voûtain. Le meilleur procédé sera retenu au terme d’un mois de test et de deux mois de séchage, en fonction de critères techniques et financiers. La restauration de l’ensemble du bâtiment pourra alors débuter en mars 2010, avec un engagement sur la durée de vie du traitement pour trente ans minimum. Il devenait urgent de réhabiliter ce monument laissé à l’abandon depuis 1989 et dont le fragile béton s’était fortement altéré. La commune veut lui redonner sa vocation première de marché couvert, avec la possibilité d’y organiser ponctuellement différents types de manifestations. La réouverture au public est prévue en février 2012.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X