Régions

Région Le groupe routier Malet passe chez Spie Batignolles

Mots clés : Contrat de partenariat - Entreprise du BTP - Travail

L e 30 septembre, la reprise de l’entreprise familiale Malet, à Toulouse, par le groupe Spie Batignolles a été signée. Elle avait été annoncée en juin (« Le Moniteur » des 19 et 26 juin).

Essentiellement basé dans le Sud-Ouest depuis sa création en 1910, débordant aujourd’hui sur la Méditerranée avec une trentaine d’agences et filiales au total, le groupe est spécialisé dans les travaux routiers. Disposant de sites d’extraction de granulats et d’enrobage bien répartis sur ce territoire, il employait, en 2008, 1 700 salariés pour 350 millions de chiffre d’affaires. Il était dirigé par Pierre Meunier, ex-P-DG de l’entreprise Seso, celui-ci ayant succédé dans l’urgence à Jean-Claude Malet, disparu accidentellement en juin 2008.

Malet a été associé ces dernières années aux grands chantiers régionaux : nouvelles installations de montage de l’A 380 et du métro de Toulouse, aéroports de Rochefort, Istres, Perpignan, autoroutes A 89 et A 64, tramways de Bordeaux et de Nice.

Pôle travaux publics

L’entreprise sera désormais dirigée par Philippe Gheysen, 57 ans, directeur général du terrassier Valérian basé à Sorgues (dans le Vaucluse, 1 400 salariés, 260 millions de CA en 2008), filiale de Spie Batignolles. Philippe Gheysen devient directeur général travaux publics de Spie Batignolles. Ce pôle TP représentera, en 2010, 25 % de l’activité de la société. Un autre pôle, génie civil, constitué de Spie Batignolles TPCI et Spie Fondations, réalisera 15 % de l’activité, et sera dirigé par Stéphane Monceaux, qui est à la tête de TPCI depuis 2008.

Commentant l’acquisition de Malet, François-Xavier Clédat, P-DG de Spie Batignolles, a fait le lien avec l’acquisition de Valérian : « Avec ces apports, Spie Batignolles développe son réseau de travaux de proximité, et propose une offre globale pour les marchés d’infrastructures, notamment en PPP », souligne-t-il. Déjà, depuis le rachat de 2006, Valérian se positionnait sur de nouvelles formes de marchés, concessions et PPP. Spie Batignolles, dont le chiffre d’affaires était de 1,826 milliard d’euros en 2008, franchit, avec cette ­acquisition majeure, une étape très importante.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X