[TO] Règles techniques

Réfection de sol sans décapage mécanique

Mots clés : Enseignement supérieur - Rénovation d'ouvrage

-Grâce à une armature rapportée et à des chevilles d’ancrage noyées dans une résine, un nouveau revêtement de sol est appliqué.

Une partie des sous sols de l’hôpital Jacques-Coeur de Bourges vient d’être rénové par un procédé original qui ne nécessite pas de décapage mécanique. En effet, il était difficile de procéder à un grenaillage ou à un rabotage classique qui auraient généré de la poussière et du bruit tout en interrompant le fonctionnement du service.

Le revêtement de sol existant, de type filmogène et d’une épaisseur de 500 microns, est réalisé sur le dallage béton. Il a été endommagé au fil du temps par des chariots filoguidés.

Le procédé Resiplot mis en oeuvre a été développé conjointement par la société Sika et l’école des mines d’Alès (1), qui ont signé, à l’occasion du salon Batimat 97, un accord de commercialisation.

La mise en oeuvre comporte trois étapes. Dans un premier temps, le tissu de verre ajouré est déroulé sur le sol avec un recouvrement de 10 cm entre lés. Ensuite, des perforations sont réalisées tous les 40 cm dans le béton, pour y placer des chevilles spéciales en plastique. L’opération est exécutée à l’aide d’un perforateur muni d’un aspirateur. L’ensemble est recouvert par une résine époxydique, sans solvant : Sikafloor 94 F. Ce produit autonivelant pénètre dans les plots et crée une liaison chimique, comme pour des ancrages. Le tout n’excède pas une épaisseur de 2,5 mm et nécessite un temps de séchage de 5 heures, à une température de 30 °C. « C’est pourquoi, explique Christophe Badgi de Sika, les travaux ont été exécutés de 21 h à 5 h du matin, à raison de 60 à 70 m2 par jour. Ils ont nécessité un chauffage d’appoint pour accélérer la prise. »

Le soir suivant, le revêtement final est appliqué : il s’agit d’un produit autolissant époxydique coloré, d’une épaisseur de 3 mm. Selon Christophe Badgi, « tout type de revêtement est envisageable, tel que du carrelage ou des dalles PVC. Il faut toutefois vérifier la compatibilité ».

Le revêtement sol et sa couche de préparation reviennent à environ 350 à 400 francs HT du mètre carré, fourniture et pose comprise. Au total, 1 500 m2 ont été traités par ce procédé.

(1) Le système Resiplot a été développé par Marc Combe qui a déposé un brevet et créé l’entreprise Artec.

FICHE TECHNIQUE

Maître d’ouvrage : hôpital de Bourges.

Entreprise : Berry Peintures.

Bureau de contrôle : Socotec.

Les travaux ont été réalisés de nuit pour minimiser la gêne du service. Ils n’ont généré ni poussière ni bruit.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

Le Moniteur Boutique
Accéder à la boutique
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X