Régions

RECONQUETE DE L’EAU 100 kilomètres de canaux pour constituer une trame bleue

Mots clés : Collectivités locales - Eau - Transport fluvial

Lille n’a pas de fleuve. Mais son ancrage industriel l’a dotée de 100 kilomètres de canaux : potentiellement une trame bleue au service de la métropole verte. La majorité d’entre eux ont encore une vocation économique. Avec, à la clé, des mises à grand gabarit qui génèrent des centaines de milliers de mètres cubes de boues à stocker. La métropole et Voies navigables de France (VNF) ont signé un accord pour gérer l’avenir de ces dépôts qui peuvent avoir une destination écologique. C’est d’ailleurs à l’occasion d’un conflit avec VNF que les communes concernées le long du canal de la Deûle, en aval de Lille, ont amorcé une politique d’aménagement de leurs berges : cette coulée verte de 16 km reliera la Lys à Lille sans discontinuité dans 3 ou 4 ans. En amont de la ville, toujours le long du canal, le parc de la Deûle va tracer un trait d’union de 25 km entre la métropole et le bassin minier.

D’autres canaux, sortis du jeu économique, sont devenus des égouts à ciel ouvert auxquels les villes tournaient le dos. Mais l’eau est aussi un outil de reconquête urbaine. Ainsi, après l’aménagement d’une partie des berges de la Marque urbaine et du canal de Roubaix, il est prévu de remettre en navigation les 27 kilomètres de cet itinéraire qui relie la Deûle à l’Escaut. Le projet, qui représente 40 millions d’euros d’investissement, se répartit pour moitié entre la remise en état des écluses, des berges et l’approvisionnement en eau qui a reçu le feu vert d’Interreg. Le reste du dossier (curage et stockage des boues) doit encore être déposé au printemps devant le Feder.

PHOTO :

Le canal de Roubaix, dont les berges sont en partie réaménagées, doit être rouvert à la navigation.

PIERRE DHENIN, 52 ans, directeur de l’Espace naturel métropolitain (ENM), gère 1 200 hectares d’espaces publics. Ancien journaliste et communicant, ce militant Vert a transformé sa passion en métier à partir de 1992 quand il a été chargé de la mission espace naturel au sein de l’agence d’urbanisme. Slalomant entre friches industrielles et arcanes administratives, il est l’artisan du parc de la Deûle, laboratoire du maillage vert lillois.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X