Régions

Réaménagement de la RD910 entre Paris et Versailles

Mots clés : Mobilier urbain

Jean Levain, François Kosciusko-Morizet et Gérard Martin, respectivement maires de Chaville, Sèvres et Viroflay viennent de présenter leur projet de reconquête de la RD910, cette « voie royale » de 6 km de long et de 30 m de large qui relie Paris à Versailles. Ils n’ont pas caché que dix à quinze ans et peut être plus seront nécessaires pour mener à bien cette opération, estimée à 300 millions de francs. Les financements viendraient des deux départements concernés (Hauts-de-Seine et Yvelines), de la région et peut-être même de l’Etat. Mais ils sont confiants car ils viennent de démontrer que trois élus (de bords politiques différents) pouvaient s’entendre pour transformer un « égout à voiture » en boulevard urbain.

L’étude réalisée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France, illustrée de nombreuses cartes et schémas, peut être considérée comme un « plan de référence » et donnera peut être naissance à une charte d’aménagement. « Elle ne prétendra pas dicter point par point ce qu’il y a à faire mais laissera libre jeu aux trois villes d’agir sur leur territoire en se concertant et en respectant quelques règles communes », indique François Kosciusko-Morizet, maire de Sèvres.

Reconquête de l’espace public

Ce document dégage des principes directeurs d’aménagement : dissociation des circulations locale et de transit, cette dernière étant reportée sur les voies rapides (A12, A13, A86…), place « raisonnée » laissée à la voiture, reconquête d’une partie de l’espace public au bénéfice des piétons et des deux roues. Les trois communes seront amenées à donner une cohérence aux plantations en choisissant quelques essences qu’elles privilégieront, au mobilier urbain en implantant progressivement des candélabres, des bancs, des arrêts de bus… du même modèle, à réhabiliter les façades des immeubles et harmoniser leur hauteur, à lutter contre le bruit grâce, par exemple, à un revêtement spécifique de la chaussée et l’aménagement de ronds-points… « Il s’agit de redonner une unité à cet axe en préservant la diversité et la lisibilité de chaque territoire », souligne Jean-Pierre Dufay, directeur de l’Iaurif.

Cette initiative intéresse également les maires de Versailles où aboutit cet axe royal et de Boulogne-Billancourt.

PHOTO : François Kosciusko-Morizet, Gérard Martin et Jean Levain, respectivement maires de Sèvres, Viroflay et Chaville, présentant le lancement du projet «Voie royale».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X