Actualité

QUESTIONS À Pierre Loeper, président du Conseil national des compagnies des experts de justice

Mots clés : Architecte - Architecture - Maîtrise d'œuvre

« Il faut davantage d’experts dans la construction »

Votre congrès national vient de se tenir à Bordeaux. Qui sont les experts de justice et quel est leur rôle ?

Notre congrès réunit tous les quatre ans les compagnies d’experts membres du Conseil national des compagnies d’experts de justice. Nous avons 15 000 experts, dont 8 000 dans les compagnies. Le secteur du bâtiment est le plus important, environ 25 à 30 % du corps expertal. Mais attention, ce n’est pas une profession, mais une activité de collaborateur occasionnel de la justice ; nous avons des ingénieurs, des architectes, des médecins, des comptables qui, de façon annexe à leur métier principal, vont prendre une mission d’expertise judiciaire.

Comment évoluent vos pratiques ?

D’abord, nous observons une relative baisse du nombre de contentieux, mais une augmentation sensible de leur complexité, en particulier dans le domaine de la construction avec une mise en cause successive de différents corps de métiers dans les sinistres graves. L’enjeu est double : respecter les objectifs de célérité dans l’expertise et faire en sorte que l’expertise judiciaire continue à attirer les meilleurs professionnels, notamment ceux de la construction. Notre association a deux objectifs : promouvoir la formation des experts à la procédure expertale de façon à ce que les expertises soient menées dans des conditions procédurales strictes qui ne fassent pas courir de risque de nullité. Le second objectif est d’élaborer des règles de déontologie qui s’articulent autour de l’indépendance, de l’impartialité, de l’objectivité.

Vous lancez un appel au renouvellement, pourquoi ?

Il y a de nombreux experts dans la construction, nous souhaitons qu’il y en ait davantage. Depuis la réforme de nos statuts en 2004, la candidature des experts judiciaires est réexaminée tous les cinq ans. Il y a un toilettage des listes, davantage de place que par le passé, cela fait un appel d’air pour rajeunir le corps expertal, ce qui est une très bonne chose.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X