Régions

QUESTIONS À… joëlle kergreïs, déléguée régionale de l’Ademe pour les Pays de la Loire

Mots clés : Efficacité énergétique

« Panel des évolutions à suivre dans l’habitat »

Vous intervenez à « Passion Bâtiment », les 5e Rencontres professionnelles du bâtiment et de l’environnement qui se tiennent le 14 novembre prochain à la Beaujoire à Nantes, en prélude du salon de l’habitat sain. Pourquoi ?

Nous sommes partenaires de Passion Bâtiment depuis le début. C’est le lieu de rendez-vous de tous les acteurs qui s’intéressent à la construction durable, à la maîtrise de l’énergie dans le bâtiment. Notre rôle est de faire venir des intervenants, d’identifier et de présenter des opérations intéressantes sinon exemplaires au plan des économies d’énergie.

La région Pays de la Loire est-elle riche en opérations de ce type ?

La douceur du climat ligérien a, certes, moins stimulé les opérateurs à s’intéresser aux économies d’énergie que dans les régions de l’Est. Mais, progressivement, les initiatives intéressantes se sont multipliées. En 2008, nous avons ainsi identifié une cinquantaine d’opérations qui visent à des performances énergétiques améliorées d’au moins 30 % par rapport à la RT 2005, aussi bien en construction neuve qu’en réhabilitation. Nous avons également reçu beaucoup de réponses à l’appel à projets lancé avec le conseil régional pour des bâtiments résidentiels neufs consommant moins de 50 kW/h en énergie primaire.

Pourquoi cette initiative spécifique sur le résidentiel ?

Jusqu’à présent, les initiatives les plus intéressantes en Pays de la Loire concernaient pour beaucoup des bâtiments tertiaires. Or, la grande majorité du parc bâti ou des constructions neuves est composée de bâtiments de logements. Il y a là un gros effort à faire pour limiter les consommations d’énergie. Avec les résultats de l’appel à projets, nous avons désormais, un panel assez complet des évolutions à suivre. Ces exemples démontrent que, lorsque les exigences de faible consommation énergétique sont intégrées dès le départ, dès la conception du bâtiment, le surcoût est limité, de l’ordre de 5 %.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X