Régions

QUESTIONS À… Jean-Pierre Jacquet, président de la FRTP Centre

Mots clés : Conjoncture économique

« Nous ne sommes pas en crise »

Quelle est la situation des entreprises de travaux publics en cette fin d’année ?

Sauf retournement brutal de conjoncture, nous devrions terminer 2008 avec le maintien de notre activité ou une très légère progression. Cette pause intervient à un haut niveau d’activité, après 10 % de croissance en volume en 2006 et 7 % en 2007. L’activité s’est nettement ralentie au cours du premier semestre. Nous espérons désormais que la crise financière n’aura pas d’impact majeur sur l’accès au crédit des entreprises et des maîtres d’ouvrage. Jusqu’à présent, 2008 a connu une hausse significative des commandes des conseils généraux et des intercommunalités alors que la part de l’Etat reste faible. L’emploi aborde lui aussi une phase décroissante, après, il est vrai, une croissance des effectifs de 9 % en 2007.

Comment abordez-vous 2009 ?

Le contexte économique et budgétaire est évidemment incertain et nous manquons totalement de visibilité. Mais nous devrions connaître un retournement de conjoncture avec une baisse significative du volume de travaux de l’ordre de 2 %. Ce recul s’explique par le contexte global mais aussi par « l’après municipales » qui n’est pas propice au lancement de grands projets juste après l’élection de nouvelles équipes. Mais c’est vrai aussi avec l’achèvement de grands chantiers autoroutiers comme l’A19 qui sera mise en service cet été. Au niveau de l’emploi, nous maintenons notre objectif de recruter 500 jeunes qualifiés par an. Nous appuyons ainsi l’ouverture de deux nouveaux CAP au centre de formation des apprentis de Châteauroux. Nous ne sommes pas en crise et c’est pourquoi nous refusons de sombrer dans le pessimisme.

Quelles sont vos perspectives à moyen terme ?

Elles sont plutôt bonnes parce que les grands chantiers à réaliser sont nombreux : tramways à Orléans et à Tours, élargissement de l’A71 à Orléans, station d’épuration à Orléans, projets de rénovation urbaine… Mais nous assisterons aussi à une montée en puissance des grands chantiers ferroviaires avec la rénovation de plusieurs lignes régionales, la réouverture de certaines lignes, la suppression de plusieurs passages à niveau dans le sud de l’Indre pour la ligne Paris/Toulouse. Il y aura aussi la ligne TGV Tours/Bordeaux. Nous sommes donc confiants, mais les entreprises doivent pour cela passer le cap de 2009.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X