Régions

QUESTIONS À… DANIEL MOULIN, représentant national des syndicats régionaux d’entrepreneurs de réseaux

Mots clés : Culte - Droit du travail - Eclairage urbain

« Nous sommes les interlocuteurs privilégiés des maîtres d’ouvrage »

Le groupement régional des entreprises de réseaux souterrains (Grers) est né à Lyon en 1990 (1), bientôt décliné dans d’autres régions, pour permettre aux entreprises de réseaux d’être au plus proche de leurs donneurs d’ordre historiques : EDF et GDF. En 2004, ils sont remplacés par les syndicats régionaux des entrepreneurs de construction et d’entretien de réseaux secs (Srer) rattachés aux fédérations régionales des travaux publics. Qui êtes-vous ?

Des syndicats régionaux. Les Srer sont effectivement rattachés aux FRTP. Ils réunissent les entreprises de réseaux secs qui interviennent aujourd’hui pour ErDF, GrDF, France Telecom, les syndicats départementaux d’électrification, et les collectivités locales pour ce qui concerne l’éclairage public.

Le 24 octobre à l’abbaye de Collonges (2), les Srer de France se réunissent pour la première fois. Pour quelle raison ?

Nous avons démarré à 24 entreprises contre plus de 200 aujourd’hui organisées en onze régions (3) qui pèsent 4 500 salariés pour 750 millions d’euros de chiffre d’affaires. Nous sommes à l’écoute du terrain, nous sommes une force de proximité et de proposition. Nous sommes les interlocuteurs privilégiés des maîtres d’ouvrage. Nous assurons la collecte de l’information et sa remontée au niveau national.

Nos actions sont nombreuses : participation aux comités de liaison ErDF et à la mise en place des comités de liaison GrDF, acteurs de premier plan en matière de sécurité dans les travaux à proximité des ouvrages enterrés, acteurs de la formation, etc. Il est donc temps de partager nos actions, nos démarches et nos expériences, de mutualiser les initiatives locales, de développer les synergies et de définir un plan d’actions.

Le tout sans la création d’une structure nationale de représentation que vous ne souhaitez pas !

Effectivement. Nous souhaitons simplement obtenir une représentation dans les structures nationales existantes et apporter toute notre expertise, notre expérience et notre organisation dans les régions et dans les départements auprès du Serce et de Canalisateurs de France.

Depuis mars 2007, vous avez intégré Canalisateurs de France.

Une convention cosignée avec la Fédération nationale des travaux publics nous offre deux postes d’administrateurs à Canalisateurs de France et une représentation auprès de GDF dans la commission réseaux secs avec la présidence de la commission Gaz distribution. Nous avons entamé une démarche semblable auprès du Serce en vue de la création d’une commission Electricité distribution. A terme, les Srer pourraient être en région les représentants de ces deux spécialités.

Comment analysez-vous la participation de Patrick Bernasconi, président de la Fédération nationale des travaux publics ?

C’est une grande preuve de reconnaissance et un encouragement à poursuivre notre mission.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
(1) Créé à l’initiative de Guy Mathiolon et Roger Dardet, Jacques Moro en fut le premier président.(2) A 10 h, quai de la Jonchère, Collonges-au-Mont-d’Or.(3) Champagne-Ardenne, Lorraine, Alsace, Franche-Comté, Bourgogne, Rhône-Alpes, Auvergne, Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Aquitaine, Limousin, Centre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X