Régions

QUESTIONS À… Daniel Ducroix, président du Syndicat professionnel régional de l’industrie routière Paca

Mots clés : Entreprise du BTP - Retraite

« La sécurité progresse sur les chantiers routiers »

L’assemblée annuelle du Syndicat professionnel régional de l’industrie routière Paca qui s’est récemment tenue à Saint-Maximin (Var) a placé le thème de la sécurité au cœur des débats. Pourquoi un tel choix ?

Cette question est au cœur des préoccupations quotidiennes et récurrentes des entreprises routières. Depuis de nombreuses années, notre profession est engagée dans une rigoureuse politique de prévention et de formation destinée à renforcer la sécurité de nos équipes sur les chantiers. Aujourd’hui, nos efforts portent leurs fruits. En vingt ans, le taux de fréquence des accidents est passé de 45 à 17. Dans le même temps, le taux de gravité a atteint 1,13. Un chiffre significatif quand on sait que cet indice est globalement de 3,14 dans le BTP.

On reproche parfois à votre profession d’utiliser des produits nocifs pour le personnel…

Lors de notre assemblée générale, un responsable de la Médecine du Travail a fait le point sur l’état des connaissances des produits noirs utilisés dans la construction des routes. Il a notamment souligné la nécessité de réduire l’émission de fumée en abaissant la température des enrobés. Ce spécialiste a également rappelé que plusieurs études menées au niveau européen et français montrent, qu’à ce jour, il n’y a aucune relation significative entre l’exposition aux fumées de bitume et la mortalité par le cancer.

Comment la prise en compte de la sécurité s’organise-t-elle au sein des entreprises ?

Les entreprises s’appuient sur différents partenaires, notamment l’OPPBTP, et mobilisent en interne des responsables « Qualité, Sécurité, Environnement ». Lors de notre réunion, plusieurs d’entre eux ont évoqué les principaux risques identifiés sur les chantiers routiers : manutention, chutes de plain-pied, utilisation de petits matériels, engins face au personnel à pied, réseaux enterrés, travail en tranchée, risque routier, atteintes à la santé par le bruit, les poussières ou les vibrations… Il est important pour les entrepreneurs comme pour les salariés de modifier les comportements et de lutter contre les habitudes. Nous devons également réfléchir ensemble au vrai coût de la sécurité.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X