Régions

QUESTIONS À… Bruno Cavagné, président de la fédération régionale des travaux publics de Midi-Pyrénées

Mots clés : Collectivités locales - Enseignement supérieur - Travail

« Les collectivités ne doivent pas différer leurs investissements »

Comment se situe aujourd’hui l’activité des travaux publics en Midi-Pyrénées ? Peut-on déjà parler d’un retour de conjoncture ?

Nous avons connu dix années extrêmement favorables, où nous étions presque en surcapacité. Nous assistons aujourd’hui à une fin de cycle. Pour 2008, les résultats en baisse moyenne de deux points, ne sont pas mauvais. Pour 2009, mais tout dépendra du contexte économique, certains métiers, comme les terrassiers ou le génie civil, sont effectivement d’ores et déjà touchés. Les canalisateurs et les électriciens ont encore des carnets de commandes corrects. Mais nous constatons, de la part des collectivités locales, que la traditionnelle pause postélectorale, certainement accentuée par les craintes liées à la crise financière, a tendance à durer. Les marchés publics représentant plus de 50 % de notre activité, il serait dangereux pour nos entreprises qu’elles diffèrent longtemps leurs investissements.

Allez-vous engager des actions pour sensibiliser les collectivités à ce problème ?

Nous relayons l’action conduite auprès des collectivités en partenariat avec Dexia. En ce qui me concerne, j’ai entrepris de rencontrer les élus, en particulier tous les présidents de conseils généraux, mais aussi le préfet et le représentant de la Banque de France. Nous devons entre autres réfléchir ensemble à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement. Nous ne sommes pas d’accord, par exemple, pour bloquer les projets routiers alors que des besoins importants existent encore dans la région.

Le thème du développement durable était au centre de votre récente assemblée générale. Cela ouvre-t-il de nouveaux domaines d’activité pour vos entreprises ?

Il existe certainement un potentiel qu’il faut vérifier. Par exemple dans les réseaux d’eau et d’assainissement, l’éolien, la mise en œuvre de nouveaux liants par l’industrie routière, etc. La fédération Midi-Pyrénées avait lancé en 1996, en partenariat avec la région, le projet « Materloc » destiné à l’utilisation et le recyclage des matériaux locaux. Nous étions alors trop en avance. Aujourd’hui ce genre de projet pourrait parfaitement être réactivé.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X