Régions

Pyrénées Un tunnel central coûterait de 25 à 50 milliards

Mots clés : Transport ferroviaire - Travail

La réalisation d’un tunnel et d’une liaison ferroviaire entre la France et l’Espagne sous les Pyrénées centrales est-elle appelée à devenir, à l’instar de la liaison Lyon-Turin, un des chantiers majeurs du siècle prochain ? Tel est en tout cas le souhait affirmé par Marc Censi, président du conseil régional de Midi-Pyrénées.

«Depuis 1994, avec l’Aragon, soutenue par l’ensemble des collectivités membres de la Communauté de travail des Pyrénées, la région est engagée dans une vaste action de lobbying , reconnaît Marc Censi. L’Etat doit désormais demander l’inscription de ce projet dans le schéma européen des transports ».

Aux termes d’une étude du cabinet Setec-Eyser, quatre variantes ont été retenues : Labastide (près de Pau)-Huesca, par les vallées d’Ossau et du Gallego, Tarbes-Ossun-Huesca par les vallées d’Aure et du Cinca, Lannemezan-Monzon par les vallées d’Aure et du Cinca, Loures Barousse (entre Tarbes et Lannemezan)-Monzon, par les vallées de la Garonne, de la Pique et de la Noguera Ribagorçana, avec des tunnels basse altitude d’une quarantaine de kilomètres de longueur.

Les coûts prévisionnels, selon les versions évolueraient entre 24 milliards et 49,5 milliards de francs HT, pour un tunnel de grand gabarit à deux tubes.

Prioritaire, le dossier est inscrit à l’ordre du jour de la conférence de la Diagonale Continentale européenne, dont la création a été formalisée le 16 décembre à Toulouse sous la forme d’une association regroupant les neuf régions françaises et espagnoles concernées, dont, pour la France, les régions Midi-Pyrénées et Limousin.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X