Régions HAUTE-SAVOIE

« Privilégier les entreprises locales »

Philippe Lansard, nouveau président de BTP Haute-Savoie, expose ses priorités.

Philippe Lansard, qui êtes-vous ?

J’ai 51 ans et je dirige Lansard Energies, une entreprise de génie climatique qui emploie 220 personnes sur quatre sites (Annecy, Thonon-les-Bains, Aix-les-Bains et Grenoble) pour un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros.

Quels sont les objectifs de votre mandat ?

Je faisais partie du précédent bureau : je m’inscris donc dans la continuité de l’action de Renaud Collard de Soucy. Cela dit, j’ai été élu avec une nouvelle équipe, que j’entends associer à mes décisions. Nous organisons dans les prochaines semaines un séminaire stratégique pour établir notre feuille de route.

Quels grands dossiers allez-vous porter ?

Je veux rappeler aux maîtres d’ouvrage du département que toutes les compétences, toutes les tailles d’entreprises sont présentes sur le territoire. A qualité égale, à prix comparables, et dans le respect des règles, je vais leur demander de privilégier les offres qui font vivre les capacités de production et les salariés en local. Je souhaite également que l’on accentue la lutte contre les concurrences déloyales, notamment des travailleurs détachés.

En la matière, les dernières mesures vous satisfont-elles ?

L’appel à de la main-d’œuvre étrangère dans le cadre défini par l’Etat, nous convient. Ce qui nous inquiète, ce sont les distorsions de concurrences qu’induisent des systèmes illégaux. Nous connaissons bien ces dossiers : la Fédération a porté le dossier Promogim devant la justice, qui a condamné le promoteur et l’entreprise pour « complicité de travail illégal ». Nous sensibilisons les maîtres d’ouvrage à cette nouvelle jurisprudence : ils ont leur part de responsabilité dans cette spirale infernale qui tue des entreprises et abaisse la qualité.

Quelle est la conjoncture dans le BTP en Haute-Savoie ?

Plutôt correcte. Le département reste attractif démographiquement. Les besoins de logements sont là et nous avons aussi vu repartir les chantiers tertiaires en 2013. Cette année commence plutôt bien, même si les périodes électorales sont toujours compliquées. Cela dit, si les carnets de commandes sont corrects, les niveaux de prix restent trop bas.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X