Actualité recherche et développement

Pour innover, les ingénieristes jouent collectif

En créant le nouvel « institut de l’ingénierie », Syntec Ingénierie formalise une démarche de recherche collaborative déjà bien anticipée par la profession.

En matière de recherche collaborative, l’ingénierie de la construction a franchi un nouveau pas en créant l’« institut de l’ingénierie ». Avec ce nouvel organisme, les adhérents de Syntec Ingénierie – ils sont 27 membres – ont transformé l’essai. « Depuis quelques années, nous répondons à des appels à projets de l’Agence nationale de la recherche (ANR) avec un certain succès (voir texte ci-dessous) », rappelle Philippe Bisch, directeur scientifique de Iosis (groupe Egis) et président du tout jeune institut. La mission première de l’institut de l’ingénierie est d’être un organisme « facilitateur » pour identifier, monter et financer des projets de recherche s’inscrivant dans les thématiques générales de la profession. « Structurer un projet est très chronophage, ce qui est assez rédhibitoire pour des acteurs de taille moyenne. En mutualisant nos forces et nos ressources, nous facilitons l’accès de l’ensemble des adhérents de Syntec Ingénierie au monde de la R & D appliquée. »

Une démonstration de savoir-faire à l’international

L’institut est virtuel au sens qu’il n’a ni moyens propres de R & D, ni personnel dédié aux recherches. Il s’appuie sur les ressources de chacun des membres en collaboration avec les laboratoires, les universités… Jouer collectif doit permettre à l’ingénierie de peser davantage au sein des instituts de recherche technologique (IRT) et des instituts d’excellence pour des énergies décarbonées (IEED). « Nous devons être réactifs pour répondre à toutes les opportunités offertes par les appels à projets du ministère du Développement durable, de l’ANR… Si les ingénieristes ne prennent pas les choses en main, d’autres acteurs le feront. »
Historiquement, dans le secteur de la construction, la recherche publique a assuré une partie non négligeable de la recherche et développement. Or, force est de constater que les moyens de la recherche publique ont baissé. Ces dernières années, l’Etat n’a pas caché sa volonté d’accroître la part des entreprises dans la R & D nationale. « L’institut s’attachera à développer des synergies avec les réseaux scientifiques et techniques publics. »
Derrière la création de l’institut de l’ingénierie, il y a aussi la volonté de rendre plus visible l’ingénierie en mettant en avant ses compétences de pointe. « C’est essentiel pour deux raisons. Premièrement, renforcer nos liens avec les écoles d’ingénieurs et les universités pour attirer de nouveaux talents, énumère Philippe Bisch. Deuxièmement, l’ingénierie française doit démontrer ses compétences d’innovation pour s’affirmer à l’international. » Car la lutte est âpre face à des concurrents anglo-saxons plus puissants et aux ingénieristes des pays émergents, moins chers.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

L’ingénierie déjà ancrée dans la recherche partenariale

Ces dernières années, en préfiguration de l’« institut de l’ingénierie », les adhérents de Syntec Ingénierie se sont mobilisés pour participer aux appels à projets de l’ANR (Agence nationale de la recherche). Exemple avec trois projets :
En 2007, lancement du projet « Mirador », modélisation interactive des risques associés au développement d’ouvrages robustes. Budget total : 1,5 million d’euros. Durée prévue : trois ans. En cours de finalisation.
En 2008, début du projet « Germa », maîtrise et gestion des risques liés au management des projets complexes de génie civil et urbains. Budget total : 1,7 million d’euros. Durée prévue : trois ans. En cours de finalisation.
En 2009, lancement du projet « Résilis », gouvernance des systèmes urbains et techniques pour une ville résiliente. Budget total : 2,3 millions d’euros. Fin prévue : 31 mars 2013.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X