Technique et chantier

Portes de sécurité : les clefs pour bien choisir

Mots clés : Normalisation - Marquage CE - Produits et matériaux - Second oeuvre - Sécurite des ouvrages

Protection incendie et anti-effraction sont antinomiques en terme de définition technique d’un bloc-porte de sécurité. La réglementation incendie impose des produits et une mise en oeuvre conformes aux normes françaises ou européennes en vigueur. En revanche, la protection contre l’intrusion ne dépend que de la volonté du maître d’ouvrage. Les normes constituent la base des marques de qualité permettant aux décideurs de faire un choix objectif entre les blocs-portes du marché. Quelques produits anti-intrusion sophistiqués parviennent à répondre également à la demande de protection contre l’incendie.

Le choix d’un bloc-porte assurant la sécurité commence par une bonne connaissance de la protection recherchée. En effet, le choix s’opère entre des solutions apparemment contradictoires dont les priorités ne sont pas toujours conciliables : les systèmes de sécurité destinés à éviter l’effraction ou retarder l’intrusion et les systèmes de protection contre l’incendie. Par exemple, les tôles d’acier résistant à l’effraction intégrées dans une porte ne sont pas les meilleurs matériaux pour résister au feu et à la forte élévation de température. Les fonctions sécuritaires sont opposées : les premières sont utilisées en l’absence des utilisateurs, alors que les secondes se doivent d’être efficaces pendant leur présence.

Mettre les personnes en sécurité et protéger les biens

Les établissements recevant du public et les immeubles de grande hauteur, notamment, sont soumis à une réglementation de sécurité contre les risques d’incendie et de panique. Les blocs-portes intégrés dans le système de sécurité d’un bâtiment sont certifiés NF ou marqués CE. La marque NF est une marque de certification demandée par le fabricant et délivrée par le CNMIS (1), organisme mandaté par Afnor Certification. Elle atteste la conformité des produits aux normes NF, européennes et internationales ainsi que des spécifications complémentaires définies par type de marché. Depuis 1991, la marque de qualité NF blocs-portes intérieures – classement FASTE certifie les performances fonctionnelles des portes.

S’appliquant aux blocs-portes livrés complets (huisserie + vantail) équipés de l’ensemble de leurs accessoires, il atteste le classement de résistance au feu (F), d’isolation acoustique (A), de stabilité en climats différentiels (S), d’isolation thermique (T) et d’anti-effraction (E) et garantit la conformité du bloc-porte et de son vantail aux normes en vigueur (voir tableau p.63). Par souci de cohérence avec les pratiques actuelles du bâtiment et pour sécuriser ce mode de fonctionnement, notamment en regard de la sécurité incendie, il a été nécessaire de faire évoluer récemment cette certification. Désormais, son domaine d’application concerne également les vantaux complètement équipés mais sans leurs huisseries, voire les vantaux pré-usinés. Dans ce dernier cas, aucun usinage complémentaire n’est admis, seule la pose des accessoires est autorisée. Cette extension est assortie d’exigences supplémentaires. Afin d’assurer un montage conforme aux différents justificatifs de performances, le certificat de qualité est complété avec de nouvelles informations telles que les jeux de montage ou la référence à la notice de montage qui sera obligatoirement fournie avec le produit certifié. De plus, le titulaire s’engage à répondre à toute demande complémentaire de l’utilisateur concernant le parachèvement final du bloc-porte. Ce nouveau positionnement de la marque permet de certifier un plus grand nombre de produits, en apportant aux utilisateurs la garantie de la stricte conformité des blocs-portes aux justificatifs techniques comme les rapports d’essais ou aux justificatifs réglementaires tels que les procès-verbaux de classement au feu.

Découlant de l’exigence essentielle « feu », une des cinq exigences de la directive européenne Produits de construction, le marquage CE garantit la résistance des blocs portes à un « feu standard » européen. De plus, les portes coupe-feu (CF) et pare-flamme (PF) sont fréquemment asservies à un dispositif autonome de sécurité (DAS). Pour être mise en oeuvre, la porte équipée de son DAS doit préalablement subir les essais au feu et bénéficier d’un procès-verbal DAS garantissant sa conformité à la norme NF S 61937. Cet ensemble doit être installé in situ dans la configuration retenue pour les essais. Si ce n’est pas possible, la commission de sécurité exigera des vérifications pour valider les modifications et éventuellement de nouveaux essais au feu.

Garantir des performances anti-effraction

« Un « flou » demeure dans les procédures d’essais européennes des blocs-portes du fait de l’absence des normes produits, remarque Vincent Berthemier, responsable des agréments techniques chez le fabricant Malerba. Le projet d’arrêté d’application en France prévu pour avril 2004 indique qu’en l’absence de ces normes, la méthode française de conditionnement (manoeuvres préalables à l’essai feu) sera utilisée. Ceci implique que le PV feu européen obtenu ne sera valable qu’en France. Pour obtenir le marquage CE qui ouvre les portes du marché européen, rien ne nous dit qu’il ne faudra pas repasser les produits en qualification lorsque toutes les normes européennes seront homologuées. »

A part quelques cas particuliers dans lesquels la sécurité publique est en jeu – par exemple les accès pour les convoyeurs de fonds -, la sécurité anti-effraction des accès ne relève pas du domaine réglementaire. Les normes et les marques de qualité qui en découlent constituent un système de référence pour une comparaison objective des qualités techniques des blocs-portes.

Essais humains effectués par un «cambrioleur étalon»

La norme européenne EN V de 1999 décrit les essais de résistance à l’effraction sur les portes, fenêtres et portes-fenêtres. Ne rendant pas caduque la norme NF de 1985 sur les blocs-portes, elle se fonde sur des essais humains effectués par un « cambrioleur étalon » pour lequel ont été définis des éléments reproductibles – la composition de la caisse à outils, la méthodologie employée – afin de déterminer le temps de résistance à l’effraction du bloc-porte. Cette norme devrait être homologuée d’ici à deux ans pour se substituer à la norme NF.

La certification A2P des blocs- portes à un ou plusieurs vantaux, mise en place courant 2003, conduit à une classification en quatre niveaux croissants en fonction de la capacité de résistance à l’effraction : porte vitrée, BP1, BP2 et BP3 (voir tableau p.64). Elle prend en compte l’ouvrant, le dormant et son système de liaison avec la structure porteuse ainsi que la quincaillerie. Les règles techniques T64 précisant les spécifications et méthodes d’essais sont téléchargeables sur le site internet A2P www.cnpp.com/certification/doc/T64.pdf. Certains fabricants indiquent encore le niveau de 1 à 5 (de 5 à 20 min) de protection selon la norme NF P 20320. Pour les portes intérieures, la lettre E de son classement FASTE garantit son temps de résistance à l’effraction.

Les serrures mécaniques sont évidemment un des composants de la protection contre l’intrusion. Depuis 1986, la certification A2P des serrures – garantissant la conformité aux normes – permet d’identifier les produits offrant de réelles capacités de résistance à des tentatives d’effraction par des méthodes destructives ou non. Elle les classe en trois catégories – A2P 1, 2 ou 3 étoiles – allant des moins aux plus résistantes. Les portes peuvent également être intégrées dans un système de contrôle d’accès. Dans ce cas, les serrures électroniques sont généralement choisies pour participer à la gestion des passages. « La palette des solutions est large mais rien, aujourd’hui, ne semble réguler le choix d’une serrure électronique, estime Thierry Delaume, directeur de la division mécanique au CNPP (2). Les normes françaises et européennes restent assez floues sur la définition de la qualité de ces systèmes. Un premier groupe de travail se penche depuis peu sur les cylindres dits « électroniques ». Dans quelques années, une certification A2P des serrures électroniques devrait voir le jour. »

Des portes pour des sécurités très spécifiques

Utilisées pour l’accès à des lieux très sensibles tels que les banques ou certains bâtiments publics, les portes pare-balles sont certifiées par le laboratoire reconverti de l’ancienne manufacture d’armes de Saint-Etienne. Après essais de conformité à la norme NF EN 1522, elles obtiennent un classement pare-balles FB de 1 à 8. La protection est assurée par un blindage généralement en tôle d’acier à forte dureté superficielle qui brise l’effet dynamique de la balle. Les vitrages feuilletés de sécurité doivent également répondre à la norme NF EN 1063. Chaque vitrage obtient un classement pare-balles BR de 1 à 8.

Dans le secteur hospitalier, les portes répondent à des besoins très particuliers tels que la protection contre les rayons X ou le rayonnement des appareils d’imagerie par résonance magnétique (IRM), la chute d’un malade bloquant la porte d’un local… Il existe ainsi une solution pour rendre une porte ouvrante dans les deux sens sans dégradation du bâti. Moins connue que les portes de protection contre les rayons X, la porte de salle d’IRM doit compléter l’étanchéité de la « cage de Faraday » construite autour de l’appareil. Pour cela, elle se décompose en deux parties : un battant entouré d’un cadre appelé « couteau » (réalisé en acier inoxydable ou en cuivre ou encore en laiton selon les fabricants) qui assure l’étanchéité radioélectrique avec le dormant lors de sa fermeture et un dormant équipé de contacts en cuivre basse impédance compressés lors de la fermeture du battant.

Si chaque type de porte est conçu autour d’une fonction principale, les fabricants proposent des produits assurant des fonctions secondaires comme l’atteste le classement FASTE qui prend également en compte les qualités thermiques et acoustiques des portes. Offrant une résistance au feu CF et PF de 30 min, l’ensemble bloc-porte blindé Forges G 375 niveau 5 de Fichet Serrurerie Bâtiment illustre bien cette capacité à répondre à plusieurs types de protection sécuritaire.

(1) CNMIS : Comité national du matériel d’incendie et de sécurité. (2) CNPP : Centre national de prévention et de protection.

En savoir plus

Informations sur les certifications : www.cnmis.org, le site du Comité national malveillance incendie sécurité.

La marque A2P : www.cnpp.com, site du Centre national de prévention et de protection.

Les essais au feu : www.cstb.fr, site du Centre scientifique et technique du bâtiment.

Les portes en bois : www.ctba.fr, site

du Centre technique

du bois et de l’ameublement.

Les portes métalliques : www.cticm. com, site du Centre tech- nique industriel de la construction métallique.

«Sécurité incendie», CD-Rom de textes analysés et commentés – Guide pratique de conception et de prévention – Socotec – www.editionsdumoniteur.com ou téléphone 01.40.13.30.05.

SCHEMA :

Schéma de principe d’une porte palière anti-effraction (doc. Dierre France).

TABLEAUX :

– Quelques portes spéciales

– Classement FASTE des portes

La marque NF Blocs-portes intérieurs, classement FASTE, concerne la fourniture de blocs-portes aux performances certifiées conformes aux normes en vigueur. Elle ne couvre pas leur pose.

– Classement A2P des blocs-portes

La certification A2P des serrures mécaniques permet d’identifier les blocs-portes offrant de réelles capacités de résistance à l’effraction.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Des réglementations précises et certaines applications floues

Avis d’expert Vincent Berthemier, responsable des agréments techniques, société Malerba

Les normes européennes visant les qualités anti-effraction des portes, qui ont servi de base au référentiel technique de la marque A2P Blocs-portes, sont encore expérimentales, bien que publiées et applicables depuis plusieurs années, et restent encore peu appliquées en France. Le renom d’A2P pour le classement des serrures va naturellement crédibiliser la qualité anti-intrusion des blocs-portes complets. Elle clarifiera l’offre en éliminant des produits dont seule la serrure est certifiée et dont les propriétés anti-effraction de l’ouvrant n’étaient pas toujours attestées. Pour les portes en acier nous visons le niveau BP1 de la marque (résistance de 5 min), puis nous nous orienterons vers des produits classés BP2 (10 min).

Côté portes en bois, le référentiel FASTE est basé sur les normes françaises encore en vigueur, concernant les performances à l’effraction, avec serrure certifiée A2P obligatoire. Un rapprochement en cours entre le CTBA et le CNPP assurera la cohérence des marques. Le CTBA devrait déléguer la validation des performances de résistance à l’effraction au CNPP et au comité de marque « A2P Blocs-portes ». Ainsi, ces performances seront affichées en parfaite cohérence pour les portes bois et métalliques.

En matière de sécurité au feu, la DDSC (1) a évoqué la publication d’un arrêté en avril 2004 qui mettra en application les normes européennes d’essai et de classement. Ces nouvelles normes ne devraient pas entraîner de modifications techniques importantes sur nos blocs-portes métalliques. En revanche, les portes bois CF 1/2 h d’entrée de gamme ne devraient plus être classées que EI 20 min. Des modifications sont à prévoir pour que « l’étanchéité » E (pare-flamme) et « l’isolation » I (coupe-feu) atteignent le niveau 30 min. Cependant, un « flou » demeure quant aux méthodes de conditionnement européennes car les normes produits blocs-portes n’existent pas encore.

(1) Direction de la défense et de la sécurité civile au ministère de l’Intérieur.

ENCADRE

Porte de protection pare-balles

Destinés à la protection de locaux de sécurité, armureries, banques…, ces blocs-portes entièrement en aluminium, à un ou deux vantaux, sont conçus pour résister aux balles (classe FB 4). Le vantail à rupture de pont thermique, avec joint de battement intérieur et extérieur, est monté sur un cadre dormant de 82 mm de profondeur. Plusieurs types d’ouverture standard sont proposés dans des dimensions standard ou sur mesure.

PRODUIT : ALUPROTEC

FABRICANT : BAUMERT INDUSTRIE EN PARTENARIAT AVEC SCHUCO

SERVICE LECTEUR : 501

ENCADRE

Bloc-porte blindé de défense

Couvrant les trois plus hauts niveaux de résistance à l’effraction (certifiés A2P BP1 à BP3), ces blocs-portes sont constitués d’un vantail en tôles d’acier avec blindage central intégré de 3 mm d’épaisseur, d’un bâti en acier à sceller ou à fixer au mur et d’une serrure 5 points de haute sécurité certifiée A2P 3 étoiles. Les trois paumelles réglables sont protégées contre le dégondage par cinq pannetons coniques. La gamme est complétée par une porte à deux vantaux, une porte de cave et une porte de service intérieure.

PRODUIT : FORGES G 375 NIVEAU 5

FABRICANT : FICHET SERRURERIE BATIMENT

SERVICE LECTEUR : 502

ENCADRE

Bloc-porte de sécurité destiné aux hôpitaux

Conçu pour secourir immédiatement un malade en difficulté derrière une porte, ce bloc-porte battant à simple action se transforme, sans compétences particulières, en porte double action sans faire appel aux pompiers. Des battements amovibles vissés dans le bâti permettent d’inverser le sens d’ouverture de la porte sans dégonder le vantail et même lorsqu’elle est fermée à clé. Sans dégradation, le bloc-porte reprend sa fonction normale après l’intervention d’urgence. Avec comme objectif principal la sécurité, le vantail coupe-feu 30 min et acoustique 35 dB est constitué d’une âme pleine très dense à base de bois, sans laine minérale.

PRODUIT : SECUREVERSE

FABRICANT : HUET

SERVICE LECTEUR : 503

ENCADRE

Portes coulissantes coupe-feu et pare-flamme

Evitant les réglages d’installation et de mise en service et supprimant la maintenance, ces portes coulissantes modulaires CF et PF 90 ou 120 min sont verrouillées en position ouverte par une ventouse électromagnétique à rupture de courant. Quand la température dépasse 70 °C, le déclenchement de leur fermeture est assuré par un fusible thermoélectrique. Doté d’un dispositif amortisseur, le vantail métallique à âme isolante se déplace sur un rail tubulaire ouvert posé sous une dalle ou en applique contre un linteau. Il est mis en mouvement par gravitation sur le rail incliné ou, lorsque l’espace manque de hauteur, par un contrepoids sur le rail posé droit.

PRODUIT : PORTES COULISSANTES METALLIQUES DAS

FABRICANT : MALERBA

SERVICE LECTEUR : 504

ENCADRE

Porte coulissante résistante à l'effraction

Prévues pour un passage de 3,20 m, ces portes piétonnes automatiques coulissantes sont réalisées en profilés aluminium renforcés assurant une bonne résistance à l’effraction tout en préservant l’aspect esthétique de l’ensemble. D’une épaisseur de 30 mm, elles sont dotées de vitrage 44/2 et 55/2 ou d’un double vitrage jusqu’à 22 mm d’épaisseur. Elles peuvent être télécommandées par infrarouge et gérées en réseau par un PC.

PRODUIT : SERIE BIS

FABRICANT : DITEC

SERVICE LECTEUR : 505

Vous êtes intéressé par le thème Règles techniques ?
  • Découvrez les Cahiers Techniques du Bâtiment
    Le magazine qui traite des innovations produits, des évolutions techniques et de l’actualité règlementaire dans tous les corps d’états.
    Voir le site

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X