Régions

Pont de Tancarville Les câbles sont lancés, le transfert de charge sera effectué en février

Mots clés : Travail

Première opération mondiale de cette ampleur, le remplacement des suspensions du pont de Tancarville (pont suspendu de 960 m de long, construit en 1959) s’apprête à entrer, en février prochain, dans son avant-dernière phase, l’une des plus délicates : le transfert de charge. Ce chantier a été attribué en juin 1996 au groupement d’entreprises Dumez-GTM/Baudin Châteauneuf. Début décembre, le lancement des nouveaux câbles (chaque ancien câble est remplacé par deux nouveaux) était terminé, ainsi que le remplacement des suspentes dans la partie aval du pont.

« Le planning est respecté. La mise en sécurité du pont est programmée pour mai prochain, et le démontage de l’ancienne suspension prendra fin à l’automne 1998. Le réfection du revêtement du pont ainsi que les travaux de peinture des suspensions ne seront réalisés qu’en 1999 », explique Vincent Vesval, directeur du chantier, responsable du mandataire.

Côté finances (coût des travaux : 240 millions de francs TTC), Claude Gross, président de la chambre de commerce et d’industrie du Havre, concessionnaire et maître d’ouvrage, assure que, comme en 1996 et 1997, il ne sera pas fait appel aux garants (région Haute-Normandie, départements de Seine-Maritime, Eure et Calvados) en 1998 : « Ce respect du plan de financement est lié aux bonnes recettes des ponts de Normandie et de Tancarville, dont la circulation n’a jamais été interrompue pendant les travaux. »

Tancarville accueille, chaque jour, 14 000 véhicules dont 24 % de camions, et le pont de Normandie, 7 000 véhicules dont 11 % de camions (les prévisions s’établissaient à 5 800 véhicules).

PHOTO :

Coût total des travaux : 240 millions de francs. Un chantier confié au groupement Dumez-GTM/ Baudin Châteauneuf.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X