Technique et chantier

Pont de Rion-Antirion : suspension de haute volée pour le tablier

Mots clés : Entreprise du BTP - Travail

Dans le golfe grec de Corinthe, la construction du tablier de ce pont multihaubané est réalisée par encorbellements successifs d’éléments de 300 t.

Le tablier du pont de Rion-Antirion prend forme. « L’assemblage et le haubanage des éléments formant le tablier se déroulent dans de bonnes conditions, nous avançons à un rythme de pose de cinq à six éléments par semaine, annonce Gilles de Maublanc, directeur du projet pour Vinci Construction Grands Projets. Ces quatre dernières semaines, nous avons réalisé 250 m de tablier. » Celui-ci – d’une longueur de 2 252 m, répartie en trois portées centrales de 560 m et deux portées extérieures de 286 m- est conçu pour s’accommoder d’un séisme d’une magnitude supérieure à 7 sur l’échelle de Richter et de mouvements tectoniques pouvant atteindre 2 m d’amplitude dans les trois dimensions. Pour cela, il est suspendu à ses haubans, sans appui sur aucun des quatre pylônes et fonctionne comme un gigantesque pendule. La construction du tablier est réalisée par encorbellements successifs de segments de 12 m. Chacun est constitué de deux poutres longitudinales de 2,2 m de hauteur liaisonnées tous les 4 m par des poutres transversales.

Un système de mise en place inédit

Les 180 éléments ont été préfabriqués et préassemblés en Angleterre dans les locaux de l’entreprise Cleveland (Darlington) pour vérifier le respect de la courbure du tablier. Une fois acheminés sur le site, ils sont de nouveau préassemblés, afin que l’on procède au coulage du hourdis béton de 27 m de large. « On évite ainsi que le retrait du béton déforme les éléments. » Chaque morceau de tablier est mis en place par « Tacklift 7 », une gigantesque grue sur barge.

« Dans ce type d’opération, l’erreur serait d’être trop pressé, explique Gilles de Maublanc. N’oublions pas qu’il s’agit de stabiliser 300 tonnes à 40 m au-dessus de la mer. » Le système qui sert au levage de l’élément s’approche centimètre par centimètre du dispositif de connexion arrimé au reste du tablier. Ce système de mise en place inédit permet de régler l’alignement tout en libérant rapidement la barge. Une fois installé en bout de fléau, l’élément est rapidement boulonné et les haubans qui le soutiennent sont mis en place. Le patron du chantier estime que le tablier sera achevé début juin et permettra ainsi le passage de la flamme olympique le 8 août prochain. De leur côté, les responsables de Gefyra, la société concessionnaire de l’ouvrage, se frottent les mains car l’exploitation du pont pourrait démarrer dès septembre avec quatre mois d’avance.

Fiche technique

Concédant : Etat grec.

Concessionnaire : Gefyra, composé de Vinci (53 %) et des sociétés grecques Elliniki Technodomiki, J&P Avax, Athena, Proodeftiki, Pantechniki.

Conception et construction : Kinopraxia Gefyra (mêmes entreprises).

Etudes : Vinci Construction Grands Projets et Ingerop.

Architecte : Berdj Mikaëlian.

Fourniture et assistance à la pose des haubans : Freyssinet.

Durée des travaux : 5 ans, durée de la concession : 42 ans.

Coût des travaux : environ 630 millions d’euros (hors concessionnaire et frais financier).

PHOTOS :

1. La construction du tablier devrait s’achever en juin prochain.

2. Au niveau des viaducs d’accès, le tablier du pont est maintenu par un dispositif (en bleu) articulé en pied autorisant également des mouvements transversaux.

3. Chacun des 180 éléments de 300 tonnes qui composent le tablier est mis en place par une gigantesque grue sur barge.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X