Technique et chantier

Plâtre BPB reste sur la ligne bleue des profits

Mots clés : Industriels du BTP - Produits et matériaux - Réglementation des marchés

-L’exercice 1996/1997 a été performant, tant au plan mondial que pour BPB France, principale filiale européenne du groupe.

Le groupe britannique BPB Plc, un des leaders mondiaux sur le marché du plâtre – présent dans plus de 40 pays (voir graphique) – a terminé son dernier exercice (clos le 31 mars 1997) avec un chiffre d’affaires de 13,4 milliards de francs (1) et un bénéfice avant impôt de 1,8 milliard de francs (+ 17,2 % par rapport au bénéfice de l’exercice précédent), malgré la récession qui touche le marché européen de la construction. Même en Europe, où BPB est leader (50 % de part de marché) devant Knauf et Plâtres Lafarge, la situation du marché du plâtre de construction, comme celui de la plaque de plâtre, varie fortement d’un pays à l’autre : hausse en Italie et dans les pays de l’Est ; stagnation en France et en Espagne.

En France, l’exercice a été plus que satisfaisant : 3,4 milliards de francs de chiffre d’affaires (+ 2,3 %) dégageant un bénéfice net de 222 millions de francs, en hausse de 52 % sur l’exercice précédent. « Il faut y voir l’impact de la baisse du prix des matières premières et celui des gains de productivité », a déclaré le directeur général de BPB France, Jean-Pierre Clavel, le 1er juillet à Paris.

Les trois marques de BPB France, Isobox, Plâtres Lambert et Placoplatre ont contribué à cette bonne performance, à peu près en proportion de leur chiffre d’affaires (ainsi, Placoplatre a réalisé 1,749 milliard de francs d’activité (+ 1,5 %) et un résultat d’exploitation de 375 millions de francs (+ 15 %).

Cette année, le marché français ne devrait pas connaître d’explosion ; d’où une prévision de bénéfice stable, voire en léger retrait. Mais BPB France mise beaucoup sur le développement de nouveaux produits (doublage, polystyrène thermo-acoustique, plâtre anti-feu pour le désamiantage). « Nous allons investir très fortement le marché des plafonds », annonce Jean-Pierre Clavel, qui fera une annonce forte, en ce sens, en septembre.

Le groupe, dans les cinq ans à venir, va investir 173 millions de francs pour moderniser son usine de Chambéry, 136 millions supplémentaires dans sa carrière de gypse de Montmorency et 60 millions pour améliorer la productivité de ses activités poudres et carreaux de plâtres. Il entend se battre sur les prix de revient et poursuivre une stratégie faite de gains de productivité (projet de nouvelle chaîne de plaques à l’usine de Vaujours) et de promotion du produit plâtre. Un produit qui n’occupe que 50 % de son marché potentiel, estime BPB.

(1) -2,8 % en raison de l’appréciation de la livre sterling.

GRAPHIQUE : UNE STRATEGIE COMMERCIALE

BPB se situe au troisième ou quatrième rang mondial sur le marché du plâtre, derrière les américains US Gypsum et National Gypsum. La croissance vient de l’Europe de l’est, du Canada et de l’Amérique du sud.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X