Concevoir & installer Biarritz

Plafond thermique rayonnant pour hôtel de charme

Mots clés : Energie renouvelable - Equipements techniques et finitions - Produits et matériaux - Second oeuvre - Tourisme

Descriptif : chauffage et rafraîchissement d’un hôtel centenaire • Spécificité : plafond climatique réversible hydraulique avec deux PAC air/eau de 17 kW chacune • Prix : 48 000 € • Durée : dix jours sur six mois

Comment intégrer les technologies de génie thermique et climatique du XXIe siècle dans un hôtel de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) plus que centenaire sans en dénaturer le charme, ni l’authenticité ? François et Sophie Coquery, les propriétaires, ont eu le coup de foudre en 2005 pour le « Saint-Julien », un deux étoiles de 21 chambres construit en 1895. Mais une modernisation s’imposait et sans sacrifier l’âme de cet hôtel situé en ville avec une vue partielle sur l’océan. Les propriétaires voulaient absolument conserver les volumes inédits des grandes salles du rez-de-chaussée et des chambres du premier étage avec des hauteurs sous plafond de 4 m, des lambris, des parquets bois, ainsi que certaines tapisseries, tout cela d’époque. L’objectif de l’opération de rénovation totale de ce bâtiment R 3 développant 700 m2 de surface était aussi de gagner une troisième étoile. Une antique chaudière à vapeur, datant de la construction du bâtiment, alimentait un réseau de gros radiateurs en fonte ouvragée. La chaudière, une authentique curiosité, est destinée au musée. Les radiateurs seront eux, pour la plupart, conservé à titre décoratif.

La solution thermique respectueuse de ce patrimoine bâti de la fin du XIXe siècle a été conçue sous la forme d’un plafond climatique hydraulique CD4 de Wavin chauffant et rafraîchissant. François Coquery a découvert le produit qu’il recherchait sur le stand du constructeur lors du salon Interclima 2010. Le dispositif n’occupe qu’une faible épaisseur sous le plafond existant : quelques centimètres. À Biarritz, la générosité de la hauteur totale sous plafond a permis au BET de Wavin à Saint-Nazaire, qui a réalisé toutes les études techniques, de prendre ses aises et d’occuper une trentaine de centimètres. « Un espace de moins d’un...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 182 du 10/06/2011
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X