Réalisations

Philippe Rizzotti Résidence d’artiste Lyon

Mots clés : Maîtrise d'ouvrage - Manifestations culturelles - Musées - galerie

Commandée par une galerie d’art, cette petite construction mobile affiche une rigueur industrielle très graphique. Son caractère esthétique affirmé, découlant de sa nécessaire adaptabilité, a été développé grâce à l’inventivité de son concepteur et l’énergie de son maître d’ouvrage.

La débrouille est un art que maîtrise Philippe Rizzotti. Ancien membre du collectif Exyzt, c’est pour son expertise en construction éphémère que la galerie d’art associative Roger Tator lui a confié la création de sa résidence d’artiste dans une friche, à sa disposition pendant un an. À la recherche d’un site pour implanter sa « Factatory », la galerie a obtenu une autorisation d’occupation temporaire de ces 5 000 m2, reliquat du chantier de réaménagement de la gare Jean-Macé. Une localisation précaire qui, conjuguée à un budget modeste, a obligé l’architecte à mobiliser bien plus que son inventivité constructive pour qu’aboutisse ce projet. Recherche de mécénat et implication d’étudiants dans le prototypage ont conditionné la colonisation de cette étrange prairie urbaine. L’émulation entretenue par le concepteur et son maître d’ouvrage a permis de livrer, en mars 2014, trois des quatre ateliers prévus, auxquels viendra se greffer un container-atelier de fabrication. Pour assurer la mobilité du dispositif, Philippe Rizzotti a conçu la Factatory dans un système constructif malléable inspiré des échafaudages. Basée sur des modules cubiques de 3 m de côté, la solution démultiplie les possibilités d’agencement des cellules de travail dans la maille régulière créée. Dispersées autour d’un espace extérieur partagé ou mutualisées pour former une grande galerie d’exposition, les cellules (18 m² minimum) peuvent être organisées selon les besoins. « La modularité nécessaire à l’adaptabilité de la Factatory au travail des résidents et aux contraintes du site d’implantation a conduit à imaginer une architecture do it yourself en kit, montable et démontable sans grue », explique l’architecte.

...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 237 du 18/11/2014
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X