Régions QUESTIONS À

Philippe Avinent, directeur délégué Vinci Construction France en Provence – Languedoc-Roussillon

Mots clés : Entreprise du BTP

– Quel est l’impact de la crise sur l’activité de votre groupe dans les régions méditerranéennes ?

Même si le marché s’est brutalement tendu, notre année 2009 sera marquée par une légère croissance. En Paca et Languedoc- Roussillon, notre chiffre d’affaires s’établira à 280 millions d’euros. Cette orientation favorable s’explique par la livraison d’importantes opérations, comme le Trauma Center du CHU Marseille Nord (55 millions) ou le lycée Pierre-Mendès-France de Montpellier (40 millions), mais également par la montée en régime de chantiers d’envergure tels que l’hôpital Sainte-Musse de Toulon (180 millions) ou les archives départementales de l’Hérault à Montpellier (80 millions).

– Au-delà des bilans, comment avez-vous vécu cette période ?

Face à un marché fragilisé, nous avons fait preuve de sérénité et d’humilité. Pour les neuf filiales et les seize agences placées sous ma responsabilité, l’objectif était de profiter de cette période plus difficile pour imaginer des solutions susceptibles de nous rendre plus forts. Au cours des derniers mois, nous avons continué à anticiper, à nous adapter, à être à la fois plus réactifs, plus productifs et plus innovants, et surtout à être plus près de nos clients pour répondre efficacement à leurs attentes. Cette phase de repositionnement par rapport au marché s’est faite sans réduction des effectifs. Nous avons quelque peu diminué le recours à l’intérim, mais l’outil de production a été maintenu et nous sommes plus de 1 000 collaborateurs. Nous avons même continué à recruter, puisque 70 personnes sont venues nous rejoindre cette année.
Nous avons également organisé de nombreuses formations pour notre personnel d’exécution et d’encadrement, et notre centre de formation Cesame à Plan-de-Campagne tourne à plein régime.

– Comment envisagez-vous l’avenir ?

Nous tablons sur une décroissance de l’activité pour l’année 2010, pour laquelle notre chiffre d’affaires devrait s’établir autour de 260 millions d’euros. Au-delà, les perspectives restent cependant encourageantes, car nos régions se caractérisent par une attractivité soutenue qui engendre d’importants besoins en matière de logements, d’équipements et d’infrastructures. Sur Marseille en particulier, la dynamique ne va pas faiblir, bien au contraire. Les chantiers sur Euroméditerranée tels que les Quais d’Arenc, pour Constructa, ou l’Ilot M3, pour BNP Paribas Immobilier, devraient démarrer en début d’année prochaine. D’autres projets significatifs sont en phase d’étude, notamment la reconfiguration du stade Vélodrome, le pôle logistique de l’Assistance publique, deux projets en PPP et bientôt, nous l’espérons, le Mucem.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
« Etre plus réactif et innovant »
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X