Autres

Paysage et agriculture : la réconciliation en marche

Mots clés : Aménagement paysager

Prise de conscience des agriculteurs, mobilisation des paysagistes : l’agriculture retrouve le chemin de la qualité paysagère, mise à mal par le remembrement et des décennies de monoculture intensive.

La qualité des paysages ruraux se trouve au cœur du manifeste « Paysages de l’après-pétrole », lancé le 20 novembre dernier à l’Assemblée nationale par un collectif qui se constituera officiellement les 7 et 8 mars, au domaine de Villarceau (Val-d’oise), avec le soutien de Ségolène Royal. La ministre de l’Écologie salue la volonté d’offrir « une traduction spatiale de cette belle idée de l’agroécologie ». Plusieurs signataires du manifeste s’étaient retrouvés le 1er décembre au ministère de l’Agriculture à la Journée nationale de l’agroforesterie, durant laquelle la philosophe Odile Marcel en a profité pour annoncer officiellement à Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, le mariage imminent de l’Association française Arbres et Haies champêtres (Afahc), dont elle assume la présidence, avec son ancienne rivale l’Association française de l’agroforesterie. « L’arbre peut constituer un formidable vecteur de lien entre forestiers, agriculteurs, communes et citadins », espère Philippe Balny, coauteur du rapport sur l’agroforesterie confié par Stéphane Le Foll au Conseil général de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux. Les nouveaux groupements d’intérêt économique et environnemental (GIEE) [lire aussi page Réglementation] pourraient stimuler ce lien.

Coconstruction.

Du côté des syndicats d’agriculteurs, le message passe, même dans l’organisation réputée la plus productiviste : Daniel...

Vous lisez un article de la revue Paysage n° 376 du 12/02/2015
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X