[TO] Urbanisme et aménagement

Patrimoine Une charte architecturale napoléonienne

Mots clés : Architecte - Architecture - Droit de l'urbanisme

La Ville de La Roche-sur-Yon, en Vendée, publie un document référence qui veut renouer avec l’urbanisme de ses fondateurs.

Ville nouvelle construite sous l’Empire, La Roche-sur-Yon (53 000 habitants) a élaboré une charte architecturale et paysagère pour renforcer l’unité architecturale de son centre historique, le Pentagone. Cette charte, qui s’inscrit dans un projet global de requalification du centre-ville, vise à conserver et valoriser l’identité de la ville avec l’esprit de simplicité qui qualifie l’architecture des Lumières. « La charte a pour objectif de créer dans le long terme une culture architecturale et urbaine commune, et propose un esprit de l’architecture à réaliser dans la ville », explique Alain Guiheux, architecte urbaniste du cabinet Architecture Action (Paris), concepteur du projet.

Construit à l’intérieur d’une forme pentagonale, le centre-ville possède une unité morphologique fondée sur un ensemble d’îlots orthogonaux. « Les hauteurs constructibles ne seront plus définies en fonction de la largeur des voies mais par rapport à des bâtiments références désignés pour chaque îlot. C’est la hauteur de la corniche de ces bâtiments références qui servira de base pour définir la hauteur constructible de chaque îlot », souligne Aline Lechat, pilote du projet, au sein du service Stratégie et prospective pour l’observation des territoires (Spot). Dans le même esprit, et pour rendre la forme du Pentagone plus identifiable, notamment en volume, les hauteurs constructibles sur les boulevards extérieurs passent de cinq à sept étages.

Cohérence des îlots. Les bâtiments références – anciens ou récents – sont choisis en majorité dans les angles hauts des îlots. Ce sont souvent des bâtiments protégés qui donnent leur marque à l’îlot, ou appartiennent à une parcelle voisine. Sur six secteurs homogènes, les possibilités de construction sont très limitées. Lorsqu’elles seront possibles, elles s’inscriront dans la volumétrie existante des îlots au sein d’un même secteur. Sur les secteurs qui présentent une qualité urbaine repérable, les constructions contribueront à renforcer l’identité de ces ambiances particulières. La charte prévoit notamment une homogénéité des lignes de corniche. « Lorsque nous avons déposé le permis de construire de la Villa l’Ecuyer, nous avions prévu quatre étages, raconte Guy Durand, architecte à l’agence DMT Architectes. La Ville nous a demandé de revoir notre copie, pour respecter les règles préconisées par Alain Guiheux dans le futur PLU et le projet Pentagone 2006-2020. Nous avons donc dû ôter un étage, pour aligner notre bâtiment à la corniche de la construction voisine, et augmenter le retrait du dernier étage, selon une distance égale à sa hauteur. Il a fallu aussi revoir la façade, plus sobre, dans le respect de l’architecture napoléonienne. »

Grande simplicité des façades. Les édifices construits par les ingénieurs napoléoniens sont issus du « Précis des leçons d’architecture données à l’Ecole royale polytechnique », texte publié en 1806. Cet enseignement est fondé sur un catalogue de formes architecturales sim-plifiées, faciles à appliquer, et répondant à des critères d’économie et de fonctionnalité. Cette appréhension du projet architectural est prolongée par la charte architecturale. Les architectes devront ainsi respecter la très grande simplicité des façades et des ouvertures.

La charte architecturale comporte sept cents pages et deux parties : une charte architecturale et une charte urbaine des espaces publics. Elle s’applique à cinq ensembles urbains : le Pentagone, les boulevards, le quartier de la gare, la place de la Vendée, et le quartier du Sacré-Cœur. Opposable au tiers, elle sera intégrée au PLU, validé en 2008. Déjà, la charte est testée auprès des promoteurs. « Le PLU n’est pas voté. Mais comme architecte, je comprends que la Ville souhaite anticiper son application et nous avons joué le jeu », conclut l’architecte Guy Durand.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X