Régions

Pascal Viret, président de l’association Saône-Rhin Voie d’eau 2010

Le nouveau combat d’un ancien militaire

L’ancien militaire a repris du service l’an dernier, à la présidence des 500 membres de l’association de défense du canal Rhin-Rhône, née en 1997 de l’abandon du projet par le gouvernement Jospin. « Cette décision n’a même pas servi au développement de la navigation de plaisance dans la vallée du Doubs, ni à la mise au gabarit B de la ligne ferroviaire Dole-Besançon-Belfort, promis alors par le programme Avenir du territoire entre Saône et Rhin », tempête Pascal Viret. Sans s’émouvoir de l’avance prise par les défenseurs de Saône-Moselle, le Bisontin plaide pour « l’hinterland franc-comtois » et son potentiel annuel de 3,4 millions de tonnes de trafic local. Son espoir vient du Haut-Rhin, qui rendra prochainement une nouvelle étude d’impact.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X