Architecture et urbanisme

Parcours à travers les nouvelles salles Antiquités grecques

Le travail des architectes fait suite à la réflexion menée sur le département des sculptures étrangères. Comme pour la galerie des sculptures italiennes qu’il prolonge, cet aménagement est d’abord une reconquête du niveau bas de l’aile Denon, qui commence par la restauration des écuries impériales. Le volume restitué révèle alors son architecture de pierre pour les parois et piliers, de brique pour les voûtes, et de granit gravé pour le dallage au sol.

Obéissant à l’organisation d’ensemble de l’aile Denon, la galerie est traitée en continu. Dans l’axe de celle-ci figure un nouvel escalier, à l’aplomb de celui, monumental, de la Victoire de Samothrace. Le rythme des piliers ordonne le découpage chronologique de la muséographie. Les oeuvres symboliques sont isolées dans l’espace de chaque travée, tandis que les oeuvres regroupées s’alignent sur la trame des piliers, érigées dans une même vitrine en totem. Ainsi exposées, les sculptures d’albâtre y gagnent en présence. La taille identique des vitrines fait écho à la régularité des travées. Les socles sont de lave grise, adoucie et cirée. Au-dessus, les ossatures des vitrines, de métal sombre, intègrent l’éclairage avec fibres optiques. Des lumières fluorescentes et des spots réglables éclairent les oeuvres uniques. Ce système est contenu dans un rail, en milieu de chaque travée, où s’insère aussi la technique (caméra, détection de désenfumage, haut-parleur). La lumière naturelle appuie les séquences. Les deux premiers tiers du parcours, consacrés aux oeuvres du troisième millénaire jusqu’à l’époque orientalisante, sont éclairés par des fenêtres en hauteur, de petites dimensions, les sculptures de l’époque archaïque du dernier tiers par les ouvrants de deux portes.

FICHE TECHNIQUE

Maîtrise d’oeuvre : François Pin et Catherine Bizouard architectes ; Josua Diamond, assistant ; OTH Bâtiment, BET.

Coût total de l’opération : 51 millions de francs HT (inclut l’aménagement du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines et du département des Trois antiques).

Surface : 2070 m2.

PHOTOS: LES ECURIES IMPERIALES restaurées sont traitées en galerie continue. Le rythme des piliers organise la muséographie. Socles de lave grise et ossatures de métal sombre caractérisent l’écriture des vitrines. Sous la salle des manèges, l’espace est consacré au monde funéraire de l’Egypte romaine. Le parti muséographique épouse l’architecture de la salle, au plafond bas et voûté reposant sur de larges piliers.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X