Autres JUIN 1982

PARC DE LA VILLETTE : L’HYBRIDATION AU PROGRAMME

Pour retrouver les traits du vitalisme culturel et du jeunisme de Jack Lang, il suffit de relire le programme du concours pour le parc de la Villette (Paris XIXe ). Un texte d’orientation générale, inséré en préambule de documents d’ordre plus technique, le tout formant sans doute, sous l’égide de François Barré, alors à la tête de l’Etablissement public constructeur, le document programmatique le plus riche du demi-siècle écoulé, au moins pour la philosophie générale qui en émane. Puisqu’il est communément admis – et même parfois ressassé – qu’avec La Villette serait né un urbanisme « programmatique ouvert », attachons-nous donc à ce programme, régulièrement oublié par les critiques et les historiens. Il est question, dès la deuxième page, « d’un esprit nouveau, adapté à la réalité d’aujourd’hui, comme à celle de demain ». L’ambition « est bien de réussir un parc du XXIe siècle », à l’inverse des parcs parisiens traditionnels « quelque peu déconnectés des formes nouvelles de la vie urbaine ». Le nouveau parc sera donc « actif, c’est-à-dire fréquenté par beaucoup d’adultes et d’adolescents […], et pas seulement adapté aux besoins des enfants et des vieillards. »

Parti pris philosophique

Ce document-programme reflète un parti pris philosophique fort qui recoupe une conception de la vie et une pratique de l’espace plutôt qu’il ne met en relation des fonctions et des lieux – contrairement à celui de la Cité de la musique voisine (dont le concours se déroulera en 1984, deux ans plus tard), strictement encadré et très...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 267 du 15/03/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X