Régions

Paca Les professionnels des TP misent sur le Grenelle de l’environnement

Mots clés : Transport maritime

Fragilisée par la crise financière, déstabilisée par le brutal coup de frein des collectivités en matière d’investissement, la filière des travaux publics est légitimement inquiète. Mais elle ne doit en aucun cas céder au pessimisme, car la région Paca dispose de suffisamment d’atouts pour envisager un rebond de l’activité. D’abord, parce que les projets structurants y demeurent nombreux. Et surtout, parce que l’élan donné par le Grenelle de l’environnement devrait largement profiter aux PME méditerranéennes. Tel est, en substance, le message délivré par la FRTP (fédération régionale des travaux publics) à l’occasion de ses assises annuelles qui se sont tenues à Marseille, le 21 octobre.

En présence de Patrick Bernasconi, président de la fédération nationale, et de Gérard Bonnet, président régional, les entrepreneurs de travaux publics ont notamment entendu plusieurs grands maîtres d’ouvrage publics égrener la liste des opérations programmées sur le territoire régional. Grâce notamment à Euroméditerranée, dont l’extension sera bientôt engagée, à l’aménagement de la Plaine du Var (déclarée récemment d’intérêt national), aux chantiers prévus par le grand port maritime de Marseille, aux travaux de modernisation ferroviaire lancés par RFF ou aux nombreux réseaux à construire, le volume d’affaires devrait être plus conséquent dans les départements concernés que dans bien d’autres régions françaises.

Importance des projets ferroviaires

Mais pour Alain Budillon, directeur régional de l’Equipement, le principal espoir pour les PME réside dans les engagements pris par l’Etat à l’occasion du Grenelle de l’environnement. « Il y a une volonté forte de trouver des solutions nouvelles pour assurer le transport des marchandises et les déplacements. Cela passe par la réalisation de nouvelles infrastructures permettant de diminuer l’impact de l’automobile sur l’environnement », soulignait-il. Outre les TCSP (transports en commun en site propre), le transport maritime et fluvial, les voies routières contournant les agglomérations, le rail est appelé à jouer un rôle plus important à l’avenir. A ce sujet, Olivier Deleu, délégué général de l’association TDIE (transport, développement, intermodalité, environnement) invitait les élus locaux à une plus forte mobilisation sur des projets aussi importants que la ligne à grande vitesse (LGV) Paca, l’achèvement de l’autoroute A51 ou la réalisation d’une liaison ferroviaire rapide entre Marseille et son aéroport.

« Les opérations qui ne seront pas inscrites au schéma national des infrastructures avant fin 2009 auront peu de chances de voir le jour à court terme », prévenait-il.

Au nom du conseil régional, le vice-président de l’institution, Christophe Castaner, devait conclure le débat en appelant « les élus de droite et de gauche à parler d’une même voix pour faire aboutir les dossiers d’intérêt général ».

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X