Concevoir & installer Senlis

PAC et capteurs solaires non vitrés pour l’ECS

Mots clés : Apprentissage - Energie renouvelable

Descriptif : production d’ECS d’un ensemble de 80 logements • Spécificité : PAC capteurs souples basse température • Durée : dix jours • Main d’œuvre : deux personnes, dont un apprenti • Coût : 150 000 euros HT pour l’ECS

La production d’eau chaude sanitaire représente un poste de dépense important dans le secteur résidentiel. Lors de la rénovation de la résidence Bonsecours à Senlis, l’office HLM Picardie Habitat a fait le choix d’une solution originale et performante pour assurer les besoins sanitaires des 80 logements. L’ECS était jusque-là produite par deux chaudières gaz. Installés il y a une dizaine d’années, ces deux générateurs ont été maintenus pour le chauffage. Pour l’eau chaude, le maître d’ouvrage a opté pour le système Heliopac de la société du même nom.

Heliopac, un système fonctionnant jour et nuit

Ce procédé associe pompe à chaleur (PAC) et capteur solaire non vitré. À la différence d’une PAC traditionnelle, cette PAC eau glycolée/eau utilise, comme source froide, un capteur solaire souple en EPDM (élastomère résistant aux UV et aux intempéries). Installé en toiture, ce capteur basse température bénéficie des apports solaires pendant la journée. L’eau glycolée circulant dans les nappes en EPDM ainsi chauffées par le soleil cède son énergie à l’évaporateur de la PAC, qui chauffe plusieurs ballons de stockage pour alimenter en eau chaude les logements.
Le système Heliopac présente pour avantage de fonctionner jour et nuit. Au contraire des chauffe-eau solaires (Cesi) traditionnels à capteurs plans ou tubulaires, il continue de produire de l’eau chaude lorsque l’énergie solaire n’est plus disponible (nuit, temps pluvieux, brouillard…). En effet, quand l’eau glycolée cède ses calories à la PAC et remonte en toiture, elle est plus froide que la température ambiante. Elle se réchauffe alors par convection au contact de l’air extérieur. Cet échange thermique est cependant moins performant qu’en journée. « L’intérêt du système Heliopac tient à son bilan énergétique annuel. Son COP s’élève en moyenne à 3,5. C’est peu pour une PAC basse température alimentant un plancher chauffant, mais beaucoup pour une PAC produisant de l’ECS jusqu’à 65...

Vous lisez un article de la revue Journal du chauffage n° 182 du 10/06/2011
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X