Régions Rennes

Ouest-France s’offre un pôle numérique modulable

L’ère numérique n’est pas seulement à l’origine de nouveaux outils tels que le BIM. Elle a aussi engendré une autre manière, plus flexible, de penser les projets, sans contours définitivement figés, au plus près d’usages mouvants. Lancé il y a deux ans par le groupe de presse régionale Ouest-France, le projet Additi relève de ce changement de pratiques : il doit réunir dans un même bâtiment, à Rennes, les équipes de Précom (sa régie publicitaire) et sa branche multimédia. « Cette nouvelle entité incarnera la force d’innovation commerciale du groupe », affirme Bernard Quéré, responsable immobilier. On n’y parlera donc pas de services mais de business units (une quinzaine) qui phosphoreront ensemble sur une production numérique à destination des clients de Ouest-France.

Un plateau de 5 000 m2. Le maître d’ouvrage a fait le pari de transformer un bâtiment existant – un ancien garage de 160 m de longueur sur 35 m de largeur – sur le site de Chantepie, où est déjà installé le groupe. Le lauréat du concours, la jeune agence rennaise Kraft Architectes, a ensuite traduit spatialement sa volonté d’innover en proposant une vaste halle vitrée, structurée par une mezzanine et traversée par une rue centrale sous une verrière filante. Seuls quelques points « durs » regroupant les éléments techniques (alimentation en fluides et en énergie) s’ancrent à ce vaste plateau de 5 000 m2.

En ce qui concerne la distribution de l’espace, rien n’est figé. Comme le souligne l’architecte Nicolas Fouqueray, la structure métallique en bon état, sans retombées de poteaux, autorisait ce plan libre maillé, au plafond, par une trame de 135 cm par 90 cm. « Cette règle d’écriture qu’est la trame facilite et rationalise le positionnement des futurs espaces de travail », poursuit Bernard Quéré. Et l’agence Kraft n’exclut ainsi pas des modifications au tout dernier moment : « Le microzoning du projet sera mis à jour jusqu’à la livraison prévue au début de l’année 2019 pour parachever une version ultime du bâtiment », insiste Thomas Pousset. Le coût des travaux est estimé à 11,5 millions d’euros HT.

Avec Additi, une nouvelle page se tourne donc pour le groupe de presse, alors que vient tout juste de disparaître son ancien patron François-Régis Hutin.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X