Régions

Orléans SCB Maulay fait le pari du bois pour ses maisons éco-durables

Mots clés : Bois - Efficacité énergétique - Haute Qualité Environnementale - HQE

Depuis plus de vingt ans à Saint-Jean-de-Braye, près d’Orléans, SCB Maulay s’est spécialisée dans les constructions en bois, notamment pour les équipements publics (écoles, gymnases, médiathèque). La PME (60 salariés, 7 millions d’euros de chiffre d’affaires) vient de franchir un cap en créant une filiale Les Maisons Eco-durables afin d’aborder le marché des particuliers avec des maisons en bois.

« Le marché va se développer, explique le P-DG, Jean-Jacques Gouache. Il est donc important d’avoir un coup d’avance et d’assurer une activité régulière à l’entreprise. » La PME mise sur un concept global et une vingtaine de modèles de maisons écologiques vendues sur catalogue. « Nous nous sommes entourés des meilleurs spécialistes pour élaborer des maisons les plus performantes possibles », insiste Jean-Jacques Gouache. Maulay a ainsi travaillé avec Fiabitat, un bureau d’études thermiques installé à Neung-sur-Beuvron, avec Hélios pour la gestion de l’air, avec le cabinet de dessin et d’architecture Concept System et Arbocentre, la filière bois régionale.

Vers la maison passive. Les modèles proposent tous la même qualité environnementale : murs en bois préfabriqués à Orléans, avec ouate de cellulose et fibre de bois comme isolants, VMC double flux à récupération de chaleur et couplée à un puits canadien, eau chaude solaire sanitaire, etc.

Avec ces équipements, la maison éco-durable offrira une chaleur constante de 15°C toute l’année, le supplément étant apporté par un poêle à granulés de bois.

La consommation énergétique ne devrait pas dépasser 55 kW au m2 contre près de 240 kW au m2 pour une maison traditionnelle. « Nous irons vers la maison passive dans deux ou trois ans, précise le P-DG. Nous y travaillons déjà. »

La société a commencé à commercialiser ces maisons, avec de premières commandes enregistrées sur l‘Orléanais à un prix compris entre 1 500 et 2 000 euros/m2. Elle garantit un temps de montage de quatre mois. L’objectif est de fabriquer 30 maisons d’ici à trois ans et une centaine dans cinq ans. Un plan de charge qui imposera alors un nouvel investissement pour développer les capacités de production du site orléanais.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X