Régions

Oloron La Caisse d’épargne refait son agence

Mots clés : Architecte - Architecture - Equipements techniques et finitions - Maîtrise d'œuvre - Produits et matériaux

Fleuron architectural de la ville d’Oloron (Pyrénées-Atlantiques), la superbe bâtisse de la rue Louis-Barthou inaugurée en 1901 par le président de la République Emile Loubet, ferme provisoirement ses portes pour cause de travaux. Un chantier de l’ordre de 3 millions pour améliorer le confort et l’accueil des clients. En effet, depuis quelques années, la Caisse d’épargne des pays de l’Adour rénove progressivement, au rythme de deux à quatre par an, l’ensemble de ses agences des Landes et des Pyrénées Atlantiques.

Un défi architectural et technique

Pas question bien entendu de bouleverser la physionomie de ce bâtiment aux escaliers monumentaux situé dans un périmètre historique. D’ailleurs l’architecte des bâtiments de France reste vigilant. Comment dans ces conditions rendre les locaux accessibles aux handicapés et aux personnes âgées qui ont du mal à grimper les quelques trente marches qui mènent aux guichets ? L’architecte Xavier Freineau, du cabinet palois Artec Graph a été retenu pour sa solution technique astucieuse.

« Il s’agissait d’avoir un ascenseur accessible de la rue, explique-t-il. J’ai donc proposé de supprimer la fontaine en façade, et d’utiliser cet emplacement pour creuser sous la voûte et réaliser un sas d’une vingtaine de mètres carrés. Là un ascenseur amènera les clients une quinzaine de mètres plus haut sur la terrasse actuelle. Un hall habillé d’une marquise, style 1900, fera transiter les clients vers les bureaux. »

Pour des raisons de sécurité, la Caisse d’épargne souhaitait que l’ascenseur, les sas et la marquise (6,5mx4m) soient le plus « transparents » possible. C’est donc le verre qui l’a emporté avec quelques contraintes thermiques (verres spéciaux et système de climatisation autonome). Les difficultés techniques sont multiples sur ce chantier. La rue est en pente, ce qui nécessite de réaliser une rampe d’accès pour les handicapés à gauche, en décaissant de 80 cm, et conserver des marches à droite. Une grue va être installée sur le parvis, l’excavation de l’emplacement de l’ascenseur se fera par le haut. Le terrassement doit, par ailleurs, être adapté avec un cuvelage de la paroi de l’ascenseur pour compenser la suppression de la fontaine qui servait à récupérer les eaux de drainage.

Les entreprises locales intervenantes qui se partagent les seize lots travailleront en deux temps. D’abord les extérieurs et l’ascenseur, ensuite la rénovation intérieure plus classique.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X