Régions Toulouse

Nouvelle vie pour le tri postal de Bordeblanche

Mots clés : Etat et collectivités locales

130 240 m2 Volume de transactions de bureaux à Bordeaux Métropole et Arcachon au 3e trimestre 2017.Source : Oiso.

60 % Part des lignes Bordeaux-Toulouse et Montpellier-Perpignan finançable, selon les collectivités. Source : région Occitanie.

3,5 % Taux de croissance annuel du chiffre d’affaires du bâtiment dans l’ex-région Languedoc-Roussillon. Source : FFB Occitanie.

Icade Promotion livre actuellement un programme de 88 logements (dont 30 sociaux), 270 places de parking et deux commerces réalisés dans l’ancien centre de tri postal du quartier Bordeblanche, dans l’ouest de Toulouse. Ce programme s’inscrit dans une opération à l’intérêt urbain majeur puisqu’elle relie les quartiers des Pradettes et de Lardenne (281 logements au total sur 2,8 ha). Le tri postal reconverti en est le pivot.

Atypique, la reconversion du site a été confiée à l’agence ANMA, qui a su tirer profit de la structure du bâtiment avec l’aide du bureau d’études Batiserf (Grenoble). « Le bâtiment est intéressant, reconnaît Michel Delplace, associé de Nicolas Michelin. Il est bien implanté, la structure est saine et la trame permettait de créer à la fois des logements et du stationnement. » L’architecte précise qu’au regard du PLU une construction neuve n’aurait pas pu atteindre cette hauteur de R + 4.

Recherche de la légèreté. Une fois les façades déposées, les architectes ont découvert un bâtiment léger. Afin de le rendre encore moins massif, malgré ses 6 626 m2 et 102 m de long, l’ancien tri postal a été percé du côté sud pour créer une ouverture sur les Pyrénées ainsi que des terrasses paysagères et des jardins suspendus en cascade qui donnent accès à des maisons T4 ou T5 posées sur le toit. La hauteur a été utilisée pour créer des logements plus volumineux – 2,90 m sous plafond au lieu des 2,50 m usuels – et des typologies d’appartements et agencements divers. L’intérêt principal du lieu résidait dans la possibilité d’intégrer un parking sur plusieurs niveaux au cœur du bâtiment qui donne un accès couvert et direct aux logements.

Le bâtiment originel ne comportait qu’un seul étage, hormis sur sa partie sud qui en comptait quatre. Les niveaux ont été créés à l’aide d’un plancher en structure métallique en bac collaborant. « Il a fallu trouver la solution la plus légère possible pour éviter d’avoir recours au béton précontraint », précise Michel Delplace. Hétérogène, la structure ne disposait pas des mêmes capacités portantes partout. Seules quelques fondations ont été renforcées, ainsi que la partie supportant les jardins suspendus.

Dans leur démarche globale, les architectes ont cherché à restreindre l’ajout de charges, via l’utilisation du plancher métallique, l’abandon des projets sur le toit initial et le recours à des cloisons légères de 180 mm d’épaisseur dotées d’une ossature désolidarisée dans les logements, « avec une performance équivalente au béton », précise l’architecte. Une démarche qui a permis de simplifier le déroulement du chantier, sans grue, et de maîtriser les coûts à 1 200 euros/m2.

Maîtrise d’ouvrage : Icade Promotion. Maîtrise d’œuvre : ANMA-Agence Nicolas Michelin & Associés (mandataire), SCBA (OPC), Batiserf (BET structure), Bureau Michel Forgue (économiste), ABM Energie Conseil (BET fluides, thermique), Gamba Acoustique, AXE Ingénierie (VRD). Entreprises : Stibat (gros œuvre). Durée du chantier : 29 mois. Coût : 12 M€ HT.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X