Régions GRENOBLE

« Nous voulons développer une offre diversifiée en matière d’habitat »

Monique Vuaillat, adjointe au logement et à l’habitat de la Ville de Grenoble, et présidente d’Actis, bailleur social grenoblois, explique la politique de la Ville en matière d’habitat social.

L’année 2011 est marquée par le 90e anniversaire de l’Office public de l’habitat Actis créé par la Ville et le franchissement des 20 % de logements sociaux. Dans ce contexte, quels sont les enjeux et les objectifs de la politique du logement et de l’habitat ?

Nous sommes confrontés à un marché de l’immobilier cher et à un foncier rare. Grenoble ne compte que 37 % de propriétaires occupants et le locatif privé est peu accessible à de nombreux ménages. La pression sur le parc social est forte : 8 000 demandes à Grenoble, 13 000 sur l’agglomération. Pour mieux accueillir et qualifier la demande, la Ville a suscité la mutualisation de l’accueil par les bailleurs sociaux.
Quelle ville pour quels habitants ? Que construire, pour qui ?
La politique de l’habitat doit répondre à des enjeux contradictoires : la place des familles, le vieillissement de la population, l’accueil des jeunes.
Nous voulons développer une offre diversifiée, pour des cadres attirés par le développement économique de notre ville, pour des catégories intermédiaires et de jeunes ménages, et pour des familles modestes. Les projets sont multiples : promotion privée, accession sociale ou locatif social.
Pour rendre le parc existant plus accessible, nous avons mis en place, en lien avec l’agglomération, le « Loca », un dispositif qui vise à minorer les loyers en contrepartie d’avantages financiers pour les propriétaires bailleurs. Pour le seul parc social, la Ville a décidé d’une politique de construction ambitieuse, dotée d’un budget annuel de 3 millions d’euros. Le résultat est là : la production atteint des niveaux jamais égalés avec 533 logements sociaux livrés en 2010, des logements de haute qualité environnementale, répartis sur toute la ville dans le souci affiché de mixité.

Qu’en est-il du parc existant et du renouvellement urbain ?

La réhabilitation de l’existant, notamment au plan énergétique, est un enjeu important pour une meilleure qualité de vie des habitants. Après la campagne d’isolation des grands boulevards grenoblois, l’agglomération a lancé « Mur-Mur », une opération de réhabilitation thermique des copropriétés. Grenoble s’y associe avec pour objectif de réhabiliter 60 copropriétés pour 1 800 logements d’ici à 2015.
Les bailleurs sociaux s’engagent également dans la réhabilitation thermique de leur parc avec des objectifs ambitieux, souvent au niveau BBC. Dans le contexte de réduction des crédits d’Etat, les collectivités seront vigilantes à ce qu’ils n’aient pas à arbitrer entre développement de l’offre et entretien du parc. Enfin, Grenoble porte plusieurs opérations importantes de renouvellement urbain : Teisseire, Mistral, Villeneuve et Châtelet. Nous voulons introduire plus de mixité et offrir une solution de relogement diversifiée et abordable pour les locataires. Tout cela suppose des investissements conséquents des collectivités, notamment de la Ville de Grenoble.

Les politiques de logement et de l’habitat se jouent sur l’agglomération. Quelles sont les complémentarités avec la Métro ?

La recherche de mixité concerne toute l’agglomération, voire la région urbaine, qui se préoccupe de développer l’offre à destination de toutes les catégories de ménages. Mais le désengagement de l’Etat et la ponction sur les ressources des bailleurs rendent plus difficile le montage des projets. Le Programme local de l’habitat (PLH) 2010-2015 est particulièrement ambitieux. Grenoble s’est engagée à prendre sa part, à hauteur de 36 %, dans les objectifs affichés et certaines communes, jusqu’alors peu pourvues en logement social, entendent également s’engager fortement. Pour autant, d’autres se positionnent plus mollement. Un rééquilibrage s’amorce, nous le souhaitons plus ambitieux et plus rapide. Enfin, après 2015, il nous faudra non seulement poursuivre l’effort, mais aller plus loin encore.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X