Enjeux Entretien avec Antoine Metzger, président du directoire du groupe NGE.

« Nous croyons à un rythme de croissance fort et durable »

Mots clés : Monde du Travail

NGE anticipe un exercice 2017 en croissance à deux chiffres. Recrutement et restauration des marges sont prioritaires.

Il y a un an, vous misiez sur un chiffre d’affaires de 1,7 Md € en 2017. Avez-vous atteint votre objectif ?

Nous osions croire à une croissance à deux chiffres et nous y arriverons. Nous n’avons pas encore les données définitives, mais nous pouvons annoncer un chiffre d’affaires (CA) 2017 supérieur à 1,8 Md € [contre 1,6 Md € en 2016, soit une croissance d’au moins 13 % NDLR]. Le carnet de commandes a quant à lui augmenté de 50 % en un an, pour atteindre aujourd’hui 3 Mds €.

Quelles activités tirent cette croissance ?

Le marché s’est clairement redressé dans tous les domaines. Cependant, l’augmentation de notre CA vient principalement de nos gros contrats. Celui du pôle grands projets devrait croître d’environ 50 % en 2017. L’international enregistre une hausse de 20 %. Mais n’oublions pas qu’un tiers de notre CA est réalisé auprès des collectivités locales, avec un contrat moyen à 200 000 euros. Ce pôle régions devrait lui aussi progresser, de 5 % environ.

Quels ont été vos principaux contrats conclus en 2017 ?

En CA comme en embauches, notre marché le plus important a été celui de la fibre optique dans le Grand Est [1,3 Md € attribué au groupement NGE-Altitude en juillet dernier, NDLR].

Viennent ensuite des affaires ferroviaires telles que les marchés de renouvellement de voies à haut rendement (suites rapides). L’an dernier, nous n’avons pas obtenu de chantiers du Grand Paris Express (GPE), mais nous nous étions vu confier des lots importants peu avant. Et nous attendons les nouveaux. Enfin, bien sûr, 2017 a permis de confirmer notre dynamisme en Amérique du Sud avec le tramway de Cuenca, en Equateur, ou en Angleterre avec Crossrail, la ligne ferroviaire de Londres.

1,8 Md €, le CA prévisionnel pour 2017 (+ 13 %) 3 Md € de carnet de commandes 2 500 nouveaux collaborateurs en 2017

Craignez-vous les arbitrages du gouvernement sur le GPE ?

Nous comprenons les contraintes budgétaires de l’Etat mais le gouvernement ne doit pas nous enlever de la visibilité sur le GPE, chantier pour lequel nous nous sommes tous préparés, nous avons investi… Concernant la ligne 16, il y a urgence car nous avons tous dépensé beaucoup d’argent, réalisé des études, répondu aux appels d’offres…

Quel regard portez-vous sur les Assises et la future loi d’orientation sur les mobilités ?

Nous assistons à une séquence...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5962 du 09/02/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X