Enjeux Entretien avec Christophe Caresche, P-DG de la Société de valorisation foncière et immobilière (Sovafim) et de la Foncière publique solidaire.

« Nous achèterons pour 50 M€ de terrains en 2018 »

Mots clés : Bâtiment d’habitation individuel - Gestion et opérations immobilières

La Foncière publique solidaire porte des parcelles pour y faire construire des logements.

La Foncière publique solidaire n’a acquis aucun terrain en 2017… Pourquoi ?

Alors que nous avions budgété 5 M€ d’acquisitions en 2017, nous n’avons effectivement acheté aucun foncier l’an passé. Nous espérions notamment acquérir une parcelle publique, mais le processus est toujours en cours. Cette lenteur s’explique par de multiples raisons. Alors que la valeur de terrains particulièrement complexes à aménager reste assez faible, les propriétaires publics se trouvent dans une logique de forte valorisation, notamment par crainte d’être accusés de brader les biens de l’Etat. En parallèle, l’organisation complexe en matière d’immobilier de l’Etat révèle l’ambiguïté de la puissance publique : d’un côté, elle souhaite valoriser plein pot ses terrains et, de l’autre, elle veut favoriser la construction de logements sociaux. En 2017, nous avons étudié les listes de terrains à céder publiées par les préfets. Une partie de ces biens était déjà cédée ou en cours de l’être. Pour nous, la véritable année test sera 2018. Sur 120 M€ de capacité...

Vous lisez un article de la revue Moniteur n° 5960 du 26/01/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X