Autres Patrick Martin, PDG de Martin Belaysoud Expansion

« Notre objectif reste le milliard d’euros »

Mots clés : Distribution - Risque sanitaire

Négoce a rencontré Patrick Martin, PDG du groupe de négoce Martin Belaysoud Expansion (Téréva, Mabéo… ) pour faire le point sur la santé de l’entreprise et évoquer sa candidature à la succession de Pierre Gattaz à la présidence du Medef en juillet.

Comment Martin Belaysoud Expansion se porte-t-il ?

Patrick Martin -Le chiffre d’affaires 2017 (hors Anjac CSI) dépasse 510 M€, en croissance de 4 % malgré l’atonie de notre activité dans l’offshore pétrolier, qui nous coûte 2,4 points de croissance. En France, l’activité de négoce pur a progressé de 6 % l’an dernier, celle de Téréva de 8 %. D’ailleurs, cette enseigne continuera son développement, avec trois nouvelles agences qui s’ajouteront aux trois déjà ouvertes en 2017.

Où en est l’intégration d’Anjac ?

Nous détenons 48 % d’Anjac CSI depuis novembre 2015. Au choix du vendeur, l’acquisition complète pourra se faire au printemps 2018 ou en 2019, mais elle est irrévocable ! Si Anjac nous rejoint cette année, notre activité devrait atteindre 710 M€ et 200 établissements (dont 150 dans le bâtiment). Le chiffre d’affaires du groupe aura été multiplié par treize depuis que j’y suis entré fin 1987.

« Nous restons attentifs à toutes les opportunités d’opérations de croissance externe. »

Maintenez-vous l’objectif d’un chiffre d’affaires de 1 Md€ en 2020 ? Si oui, comptez-vous sur d’autres acquisitions pour y parvenir ?

Ce ne sera peut-être atteint qu’en 2021, mais oui, l’objectif reste le milliard d’euros. Le modèle économique de la profession va évoluer, sous la pression du digital. Les coûts liés au e-commerce, à la data, à la logistique ne seront supportables que pour ceux qui ont la taille critique. Nous restons donc attentifs à toutes les opportunités, même si nous sommes sélectifs dans nos opérations de croissance externe. Nous entendons aussi accélérer notre croissance organique, déjà supérieure à celle du marché.

Le top-management récemment mis en place a-t-il tenu ses promesses ?

Le groupe compte trois directeurs généraux, dont deux intégrés en 2016, Didier Flavenot à la tête de Téréva et Marie-Pierre Marchand chez Mabéo. La greffe a pris sur le plan culturel, tant pour Didier Flavenot, venu de SFR, que pour Marie-Pierre Marchand, issue de Rexel, deux entreprises avec des actionnariats très différents du nôtre, purement familial. Ils sont entourés d’équipes stables et ont...

Vous lisez un article de la revue Negoce n° 439 du 19/02/2018
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X