Régions

Nord Construction durable : le conseil général amorce la réflexion sur l’usage

Mots clés : Démarche environnementale - Développement durable - Education - Haute Qualité Environnementale - HQE - Maîtrise d'ouvrage

Le conseil général du Nord rassemble, le 9 octobre à Lille, des grands maîtres d’ouvrages publics et privés à l’occasion d’un colloque sur le développement durable et la construction, l’exploitation et l’usage des bâtiments (1).

«Nous partons du constat que les grands maîtres d’ouvrage ont une responsabilité dans la mise en œuvre des objectifs du Grenelle », explique José Cohen, directeur général adjoint du conseil général, responsable notamment du patrimoine. Le Nord, qui a engagé un processus de certification environnementale systématique de son patrimoine (200 collèges en gestion), entend généraliser et étendre la démarche. « En interne, ce travail s’accompagne notamment d’un processus d’appropriation et d’un large plan de formation. En externe, nous avons choisi de faire certifier nos opérations, et un partenariat avec le CSTB nous aide dans les choix de techniques et d’équipements », rappelle José Cohen avant de déplorer le manque de mutualisation des connaissances dans le domaine.

C’est un des enjeux de ce colloque, qui réunit des constructeurs gestionnaires de collèges, logements libres ou sociaux, hôpitaux ou hôtels… Comment partager les connaissances techniques sur le développement durable que chacun capitalise dans son domaine ?

En phase de construction, la démarche HQE a joué ce rôle. Mais de grandes questions restent ouvertes comme le poids de la cible énergie au détriment des autres, telles que la qualité de l’air, le confort intérieur ou la qualité architecturale. Les organisateurs du colloque pointent les risques d’uniformisation des constructions.

Référentiel exploitation

Au-delà du constructeur, la logique de l’exploitant fait une entrée fracassante dans les phases de conception. Mais de nombreuses questions restent ouvertes comme la transmission de relais entre constructeur et gestionnaires, ou l’apparition de nouveaux métiers.

Certivéa, qui délivre les certifications NF « bâtiment tertiaire – démarche HQE », vient ainsi de lancer un référentiel exploitation. « La performance globale d’un bâtiment s’appuie certes sur la qualité intrinsèque du bâti, mais aussi sur son exploitation et son usage, explique son président, Patrick Nossent. La certification s’appuie donc sur ces trois volets, d’une manière dynamique et continue, avec des plans de suivi de performances et d’amélioration du bâti. »

Cette prise en compte de l’usage n’est pas évidente pour des maîtres d’ouvrage traditionnellement compétents en phase de construction. Les bailleurs sociaux qui tentent d’interdire l’occultation des systèmes de ventilation en savent quelque chose !

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

« Les maîtres d'ouvrage s'engagent sur un résultat »

L’usage d’un bâtiment est-il assez pris en compte pour mesurer sa performance ?

C’est devenu une nécessité depuis que les maîtres d’ouvrage doivent s’engager sur un résultat. La qualité de l’usage peut avoir un impact important sur la performance d’un bâtiment. Au CSTB, nous travaillons ce sujet au niveau technique bien sûr, mais aussi avec des sociologues.

Estimez-vous suffisante la mutualisation des savoir-faire ?

Tous les acteurs progressent en ce moment et il faut renforcer les efforts, déjà existants, de partage des bonnes pratiques. On ne peut se contenter d’un travail en laboratoire, et les maîtres d’ouvrage nous permettent de confronter nos concepts à la réalité des mises en œuvre, puis des usages.

Les innovations se multiplient. Le CSTB a-t-il les capacités de suivre ?

L’accélération de l’innovation dans le secteur de la construction nous amène à réorganiser nos procédures, telle que celle de l’avis technique, pour les produire plus rapidement. C’est l’objet du « Pass Innovation ». Nous pouvons relever ce défi à condition que cela se fasse en confiance. Car, n’oublions pas que l’innovation, si elle est souhaitable, ne doit pas se faire au détriment de la qualité des constructions et de la sécurité.

(1) Informations et inscriptions sur le site www.cg59.fr/batiment-durable.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X