Régions

Nîmes L’avenue Jean-Jaurès requalifiée

Mots clés : Services urbains - Transport collectif urbain

Ce sera l’un des grands chantiers nîmois des années à venir : après avoir entrepris la transformation de l’espace dit AEF (arènes-esplanade-Feuchères), la municipalité a engagé cet été la requalification de l’avenue Jean-Jaurès, qui s’étire sur 1 500 m entre les jardins de la Fontaine, au nord, et la voie ferrée, au sud. Les deux opérations sont comparables par leur coût (40 millions d’euros pour AEF, 36 millions pour Jean-Jaurès) et par leur emprise (80 000 m2 pour la première, 93 000 m2 pour la seconde). Elles se rapprochent aussi par leurs objectifs : dans les deux cas, élargir le cœur historique de Nîmes (au sud pour AEF, à l’ouest pour Jean-Jaurès) et redonner de l’espace aux piétons au détriment de la circulation et du stationnement automobile.

Trois séquences

L’aménagement de l’avenue Jean-Jaurès a été confié à Jean-Michel Wilmotte. Celui-ci a dû prendre en compte deux contraintes imposées par la ville : le respect des quatre alignements d’arbres qui structurent l’avenue sur toute sa longueur, et le maintien d’une circulation latérale. Son projet affirme la continuité de l’avenue par une organisation transversale très homogène. L’organisation longitudinale est en revanche différenciée selon les types d’usage. Le terre-plein central, aujourd’hui livré au stationnement sauvage, est ainsi découpé en trois segments. Au nord, l’espace est traité comme une extension des jardins de la Fontaine dans la ville. Le tronçon central, voué à l’accueil des marchés et festivités, reçoit un traitement plus minéral. Enfin, l’aménagement du tronçon sud est davantage tourné vers les besoins des riverains, avec des squares et des aires de jeux. Le chantier de l’avenue Jean-Jaurès, phasé en trois tranches, devrait s’achever en 2013. Il intégrera deux opérations connexes : le programme de prévention des inondations, qui induira la pose d’un ouvrage enterré sous le tronçon sud, et la construction d’une ligne de transport en site propre, qui empruntera elle aussi la partie sud de l’avenue. Après avoir ouvert début août un parking de 470 places sous la partie centrale du terre-plein, la ville de Nîmes a engagé les travaux de reprise des réseaux le long de ce premier tronçon. Les travaux de surface devraient débuter en avril 2009.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X