Régions

Narbonne Des logements sociaux à haute performance énergétique

Mots clés : Efficacité énergétique - Logement social - Maison individuelle - Marché de lénergie - Politique du logement - Réglementation technique

Au cœur de la ZAC Saint-Jean/Saint-Pierre, à Narbonne, les 19 maisons du lotissement Charles-Perrault, en voie d’achèvement, tranchent résolument avec leur environnement bâti. Si les toits à double pente signalent des maisons individuelles, l’acier laqué qui habille les façades et les profils en « I » qui soutiennent les auvents évoquent plutôt l’architecture industrielle. Des choix constructifs qui s’inscrivent dans une recherche de performance énergétique. Construits par l’office public HLM de la Narbonnaise et destinés à la location-accession, les dix-neuf T4 devraient afficher une consommation de 35 kWh/m2.an, soit un ratio deux fois inférieur à la référence RT 2005.

Des matériaux industriels adaptés à l’habitat

« Nous cherchions à obtenir une très bonne isolation sans alourdir les coûts, explique l’architecte, Eric Martin (agence AD). Nous avons donc adapté des matériaux industriels à l’habitat. » Chaque maison est constituée d’une charpente métallique, habillée avec des panneaux sandwichs en acier intégrant 10 cm de mousse de polyuréthane. L’isolation est complétée par 25 cm de laine de roche en face intérieure. La toiture et le plancher bas sont également isolés. Un sas d’entrée, greffé sur la maison, contribue à son étanchéité. « Nous avons traité avec soin tous les seuils et discontinuités susceptibles de générer des déperditions, précise Eric Martin. Dans un bâtiment très dépensier, ces petites sujétions sont négligeables, mais elles prennent toute leur importance lorsque l’on atteint une performance de haut niveau. »

Au plan architectural, les concepteurs ont opté pour une approche épurée, en jouant sur les volumes, les couleurs (blanc cassé et orange) et les jeux d’ombres et de lumière. Si le mode constructif choisi a permis de minimiser les besoins énergétiques, les gains attendus en termes de coûts et de délais ont été plus incertains. « La hausse des prix de l’acier a compliqué l’équation financière, relève Eric Martin. Quant au déroulement du chantier, nous n’avons pas tiré tout le parti possible de la préfabrication. Mais il s’agissait d’une première expérience. Si nous recommençons, nous saurons sur quels points agir pour optimiser les coûts et les délais. »

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Fiche technique

Maître d’ouvrage : OPHLM de la Narbonnaise.

Maîtrise d’œuvre : Martin-Barcellona (Narbonne).

Entreprises : Yilbat (gros œuvre), Beck Construction (charpente métallique, bardage).

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X