Régions

Montpellier Un ancien hôpital transformé en centre universitaire

Mots clés : Architecte - Architecture

L’ancien hôpital Saint-Charles, à Montpellier, devrait accueillir ses premiers étudiants dans deux ans. L’Etat a engagé dans le courant de l’été la restructuration de cet établissement situé en cœur de ville et destiné à devenir une annexe de l’université Montpellier 3.

La première tranche de l’opération consiste à réhabiliter l’ancien hôpital général, un bâtiment du XVIIe siècle inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. Elle créera 9 500 m2 de surface HON. Une deuxième tranche, encore en cours d’étude, doit générer 12 500 m2 supplémentaires par la réhabilitation du bâtiment dit « des incurables » ainsi que la construction d’un ensemble neuf.

Longues négociations suiviesd’appels d’offres infructueux

Il aura fallu cinq ans pour mettre en chantier le futur campus Saint-Charles, dont la réalisation avait été confiée fin 2003 au cabinet Hellin-Sebbag. La durée de la gestation s’explique d’abord par les longues négociations qu’ont eu à mener l’équipe de maîtrise d’œuvre et la Direction des monuments historiques pour concilier la protection du bâtiment et les besoins liés à son changement d’usage.

Des appels d’offres infructueux ont ensuite retardé d’une année le lancement du chantier et nécessité, de la part de l’Etat, une rallonge budgétaire de 2 millions d’euros. Reste aujourd’hui à déterminer l’utilisation des futurs locaux. L’université Montpellier 3 avait initialement envisagé d’y installer l’UFR de psychologie mais ce projet est désormais remis en cause.

« Le contexte a changé, explique Jean-Pierre Dufour, responsable du service de la construction et du patrimoine au rectorat. Une réflexion est menée aujourd’hui à la lumière de plusieurs éléments : l’évolution des effectifs de Montpellier 3, qui a perdu 5 000 étudiants en quatre ans, un souci plus marqué d’optimisation du patrimoine, et enfin le plan campus qui entraîne le rapprochement des trois universités montpelliéraines. »

La réflexion qui est actuellement menée conditionne aussi la deuxième tranche du programme Saint-Charles.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
ENCADRE

Le fonctionnementdu bâtiment a été inversé

L’ancien hôpital général s’organise autour de deux cours jumelles – celle des hommes et celle des femmes – séparées par un mur qui traverse l’aile centrale sur toute sa hauteur. Les architectes ont obtenu l’autorisation de percer cet ouvrage pour établir des communications entre les deux parties symétriques du bâtiment. Autre élément fort du projet architectural : un hall monumental sur trois niveaux est créé à l’arrière de l’édifice, transformant la façade ouest en façade principale. « Nous avons inversé le fonctionnement du bâtiment », explique Brigitte Hellin, architecte. Ce hall d’entrée, qui dessert toutes les circulations, est fermé par un mur-rideau qui sera le point d’accroche de l’extension. Les autres façades retrouveront leur ordonnancement et leur aspect originel. Y compris dans le choix des menuiseries, que les architectes auraient souhaité remplacer par des menuiseries acier. « L’utilisation du métal, de préférence au bois, aurait permis d’agrandir le clair de jour et de réduire les coûts d’entretien », regrette Brigitte Hellin.

ENCADRE

Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : rectorat de Montpellier.

Maîtrise d’œuvre : Hellin/Sebbag (architecte mandataire), C. de Giuli Morghen (architecte du patrimoine), GEC Ingénierie (BET général), Norbert Aigouin (BET structure patrimoine).

Entreprises : Girard/LCRI (gros œuvre), SBPR (restauration façades), SBC (charpente, couverture), Pistre et Fils (menuis. extér. bois), Zonca (menuis. alu).

Coût travaux (1re tranche) : 11,4 millions d’euros.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X