Régions Tarn-et-Garonne

Montauban dessine son « mini-Central Park »

« J’en ai assez des espaces minéralisés ! » Brigitte Barèges, maire (LR) de Montauban (Tarn-et-Garonne) et présidente du Grand Montauban, veut retrouver le cœur de ville d’antan avec des arbustes et des bosquets, moins de voitures et des espaces plus larges pour les piétons. Redonner un petit air de campagne à cette ville de près de 77 000 habitants, en somme. « Nous voulons apaiser l’espace public », précise-t-elle. Pour cela, la collectivité va investir 11,3 millions d’euros dans des travaux qui commenceront début 2018 sur un périmètre de 25 000 m2 en centre-ville. Pour l’heure, les fouilles préventives se terminent.

Ceinture verte. Les travaux, pour lesquels la commune a fait appel à l’agence d’urbanistes toulousaine Dessein de Ville (associé à Iris Conseil, Les Eclairagistes associés, Danielle Justes, BETCE, Ecologie Urbaine et Diluvial) seront découpés en trois tranches. La circulation sur les allées Mortarieu et de l’Empereur sera mise à double sens et limitée à 30 km/h, et la moitié des places de parking seront supprimées. La municipalité avait dans un premier temps envisagé de passer ce secteur en zone piétonne, mais a préféré opter pour une circulation douce afin de ne pas pénaliser les activités commerciales.

Les allées seront pensées comme des lieux de promenade, des ramblas, « afin de recréer une ceinture verte, un mini- Central Park qui partirait du jardin des plantes », détaille le maire. Elles pourront à terme accueillir des événements. Cette ceinture verte remplacera « la voirie informe » aujourd’hui ponctuée de places de stationnement. Le giratoire de la place Foch se transformera en esplanade accueillant une fontaine et des jeux d’eau. Sur ces zones, 85 arbres et 2 200 m2 de parterres seront plantés.

Un miroir d’eau devant la cathédrale. Enfin, à partir de 2020, des travaux seront réalisés sur la place Roosevelt, aujourd’hui occupée par un parking aérien. « Il sera supprimé et quatre ou cinq sous-sols seront creusés, contre un seul aujourd’hui, pour le stationnement résidentiel. » Le futur parking Rossevelt-Cathédrale, dont la construction et l’exploitation seront réalisées dans le cadre d’une concession de délégation de service public, disposera de 350 à 500 places. Sur le parvis de la cathédrale, un miroir d’eau et un espace vert le remplaceront. La consultation des entreprises est prévue dans les prochains jours.

Vous devez être abonné au moniteur pour lire la suite de ce contenu
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X