Tertiaire

Mobilier, systemes flexibles

Mots clés : Architecte - Architecture - Architecture intérieure - Equipements techniques et finitions - Produits et matériaux

Architecte et designer, vous êtes fondateur de l’agence Korb Korb. Que retenez-vous de votre double expérience en termes de projet de bureau ?

Nous avons expérimenté deux approches assez différentes. Dans la première, le mobilier est un élément entrant dans la conception même du projet d’architecture. Cependant, rares sont les clients qui vont jusqu’à intégrer le mobilier dans la conception. Dans la seconde, la plus fréquente, le bâtiment existe déjà. La pensée clé est alors de voir le mobilier plutôt comme un outil. Un mobilier dessiné de façon à s’intégrer aux différents scénarios possibles.

Sur quoi repose la distinction entre le travail de l’architecte et celui du designer ?

Une différence fondamentale existe entre les deux pratiques. Dans notre culture, construire signifie bâtir pour durer, souvent pour plusieurs générations, voire des siècles. Le mobilier et la technologie sont eux inscrits dans le temps présent et peuvent évoluer rapidement en quelques années. L’équipement est une partie du processus vivant d’un édifice, il est éminemment plus facile de changer de mobilier que de lieu : l’évolution des besoins se traduit donc souvent par un changement de meubles. Par ailleurs, la relation de l’architecte avec son client se caractérise traditionnellement par un lien fort et direct. Durant la phase de planification, une compréhension claire de ses besoins et attentes s’élabore. Nous sommes focalisés sur des souhaits spécifiques avant d’essayer de partager notre vision avec lui. A l’inverse, les designers ne connaissent pas personnellement les utilisateurs finaux de leurs produits, cela revient à créer pour un client anonyme. Dans ce cas nous essayons d’abord de développer une vision globale en identifiant des manques, pour offrir ensuite des outils à des solutions déterminées.

Voyez-vous un levier du changement dans le secteur du bureau ?

La technologie d’aujourd’hui est la grande force qui conduit l’évolution des besoins. Avec elle, l’homme a conçu un élément en constante évolution. Alors comme concepteurs, nous essayons de comprendre les deux aspects, le statique, le dynamique.

De quelle manière cela affecte-t-il le mobilier ?

Pour mieux appréhender les systèmes de mobilier de bureau, il faut porter son regard sur la relation entre la construction, le mobilier et le processus. Les constructions sont durables, liées à la culture et sont statiques. Elles représentent la scène. Les mobiliers ont un cycle de vie plus court (10-20 ans). Ce sont des outils pour l’acteur (client). Le travail (la vie) est dirigé par la technologie, très dynamique, mais lié à la culture avec une orientation plus globale. C’est le jeu. De notre point de vue, le mobilier est un instrument dans les mains d’un acteur (client) qui l’aide à jouer (processus/vie) sur la scène (construction). Comme nous devons faire face au renouvellement apporté par les...

Vous lisez un article de la revue AMC n° 2008 du 01/12/2008
PAS ENCORE ABONNÉ
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X